La tension monte d'un cran après un nouveau drame à Saint Louis

Des heurts ont éclaté mercredi soir à Saint Louis après la mort d'un jeune Noir... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Des heurts ont éclaté mercredi soir à Saint Louis après la mort d'un jeune Noir de 18 ans, tué par deux policiers blancs, dans un contexte de vives tensions raciales, ont indiqué des responsables.

Saint Louis, dans le Missouri, n'est pas loin de Ferguson qui avait connu la semaine dernière un regain de violences à l'occasion du premier anniversaire de la mort d'un jeune Noir non armé tué par un policier blanc.

Selon la police, le jeune homme abattu mercredi à Saint Louis avait pointé son pistolet en direction des policiers. Des protestations ont éclaté dans la rue où il a été tué et la police a eu recours aux gaz lacrymogènes pour les disperser.

Le pistolet était volé et doté d'un chargeur de grande capacité, a précisé la police sur son compte Twitter.

L'enquête qui a suivi la fusillade a permis de trouver trois autres armes de poing, elles aussi volées.

Selon le journal local St. Louis Post-Dispatch, le jeune homme âgé de 18 ans a pointé son arme en direction de deux policiers qui étaient munis d'un mandat de perquisition. Ils ont alors ouvert le feu et l'ont tué.

Le chef de la police de Saint Louis, Sam Dotson, a affirmé que les manifestants avaient lancé des bouteilles et des briques sur les policiers et avaient bloqué un carrefour. Selon lui, la police a dû faire usage des gaz lacrymogènes pour rouvrir le carrefour.

«Le calme est revenu après neuf arrestations», a-t-il encore dit.

La police a diffusé une vidéo des heurts jeudi matin, montrant des protestataires jetant des pierres et des bouteilles d'eau en direction de policiers, qui s'abritaient derrière des boucliers antiémeute.

«Un groupe de protestataires a commis des actes de violence dirigés non seulement contre les forces de l'ordre, mais également contre le quartier», a affirmé Sam Dotson dans un communiqué publié par le département de la police.

Plus tard dans la nuit, la police a été avertie que des cambriolages s'étaient produits dans le quartier et qu'une voiture avait été incendiée.

Le décès de Michael Brown l'an dernier à Ferguson avait ravivé des tensions raciales qui se sont depuis encore exacerbées aux États-Unis au fil d'affaires de brutalités policières envers des Noirs, déclenchant une vague de colère et d'indignation.

Les émeutes de Ferguson s'étaient propagées en novembre 2014 à d'autres grandes villes américaines et elles ont relancé le débat dans le pays sur la manière dont les policiers blancs ont recours à la force contre les Noirs, surtout les hommes jeunes.

D'autres cas de violences policières envers des Noirs -- qui ont coûté la vie à plusieurs d'entre eux -- ont jeté la lumière sur des méthodes et un état d'esprit des milliers de services de polices locaux aux États-Unis qui affectent la communauté noire, mais sont souvent ignorés de la population blanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer