Évadés de New York: des traces d'ADN trouvées

La police de l'État de New York a... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

La police de l'État de New York a diffusé deux photos montrant ce que Richard Matt (à gauche) et David Sweat pourraient ressembler après douze jours de cavale.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Une trace récente des deux meurtriers évadés il y a 16 jours d'une prison de l'État de New York, confirmée par leur ADN, a été retrouvée dans une cabane dans les bois à quelque 50 km de la prison, ont annoncé lundi les autorités.

«Nous avons récupéré des éléments spécifiques de cette cabane, les avons transmis aux laboratoires appropriés, et l'avons déterminé de façon concluante», a déclaré lors d'une conférence de presse le responsable de la police de l'État de New York Charles Guess, en précisant que les tests portaient notamment sur l'ADN des fugitifs.

«C'est une piste confirmée pour nous», a-t-il ajouté, précisant qu'il ne voulait pas entrer dans les détails, pour ne pas mettre l'enquête en danger.

Le propriétaire d'une cabane près du hameau de Mountain View, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de la prison, avait découvert samedi que l'entrée de sa cabane avait été forcée, selon le journal local Press-Republican. Un pot de beurre de cacahuète et de l'eau ont été trouvés sur place, ainsi que des bottes, des chaussettes tachées de sang et des objets de toilette, et un homme était parti en courant à l'arrivée du propriétaire.

Lundi, les recherches se sont donc reconcentrées avec une nouvelle énergie dans ce secteur boisé, difficile d'accès.

M. Guess a aussi indiqué qu'un deuxième employé de la prison de Dannemora, petite ville à 35 km de la frontière canadienne, avait été interrogé puis placé en congé administratif, dans le cadre de l'enquête sur l'évasion spectaculaire de Richard Matt, 48 ans, et David Sweat, 35 ans dans la nuit du 5 au 6 juin.

Les deux hommes, tous les deux condamnés pour meurtre, se sont évadés de la prison de Clinton, après avoir découpé à la scie les murs de leur cellule, et emprunté un dédale de tunnels de canalisations, jusqu'à une bouche d'égout en dehors de la prison.

Ils ont été placés jeudi dernier sur la liste des quinze fugitifs les plus recherchés par la police américaine. Une récompense de 100 000 $ est offerte pour toute information permettant leur arrestation.

Ce week-end, leur traque s'était déplacée à quelque 500 kilomètres au sud-ouest de la prison, dans le comté d'Allegany, après qu'une femme eut signalé deux hommes marchant près d'une voie ferrée. Cette piste n'a rien donné.

Les fugitifs ont été aidés dans leur évasion par une femme de 51 ans, travaillant dans l'atelier de confection de la prison, qui leur a notamment fourni des lames de scie et des burins. Joyce Mitchell, arrêtée peu après, avait aussi prévu de les attendre avec une voiture pour les conduire vers une destination non précisée, mais s'était ravisée au dernier moment. Elle avait discuté avec les deux hommes d'un complot visant à tuer son mari, selon le procureur local Andrew Wylie.

David Sweat, 5'10'' et 165 livres, purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre d'un shérif adjoint dans l'État de New York en 2002.

Richard Matt, 5'10'' et 190 livres, purgeait lui une peine pouvant aller de 25 ans de réclusion à la perpétuité, pour avoir enlevé son ancien patron de 76 ans, battu à mort et démembré en 1997.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer