Le très conservateur Rick Santorum dans la course à la Maison-Blanche

Rick Santorum pourrait ainsi ne même pas être... (Photo: Reuters)

Agrandir

Rick Santorum pourrait ainsi ne même pas être qualifié pour le premier débat républicain, le 6 août.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le très conservateur et champion des valeurs familiales Rick Santorum, déjà opposé à Mitt Romney en 2012 dans la course à la nomination républicaine, a annoncé mercredi qu'il allait de nouveau tenter d'accéder à la Maison-Blanche.

«Nous devons reprendre l'Amérique», a lancé l'ancien sénateur de 57 ans, devant ses partisans près de la maison de son enfance à Cabot, en Pennsylvanie, en promettant d'être le candidat de la classe ouvrière.

«Les familles travailleuses n'ont pas besoin d'un autre président lié au gros gouvernement ou au gros capital. Aujourd'hui c'est le jour du début de notre contre-attaque», a déclaré M. Santorum.

Néanmoins, cette seconde tentative sera plus délicate. Avec une quinzaine de personnalités républicaines déjà sur les rangs, M. Santorum paraît encore plus être un outsider qu'il y a quatre ans pour affronter au final Hillary Clinton, vraisemblable championne démocrate.

Il n'a plus été sous le feu des projecteurs depuis longtemps et son public se fait plus maigre lors de ses apparitions.

Son opposition au mariage homosexuel est restée solide - il a dit en avril qu'il n'assisterait pas au mariage d'un de ses proches - malgré les progrès enregistrés en sa faveur pendant quatre ans dans le pays.

Il a été très critique de la politique du président Barack Obama au Moyen-Orient, en estimant que la stratégie militaire américaine face au groupe État Islamique devait être plus ferme. «Si ces gars veulent revenir à une version du VIIe siècle de l'islam, eh bien remplissons nos bombardiers et bombardons-les pour les ramener au VIIe siècle», a-t-il notamment dit dans un discours le 9 mai.

L'ex-sénateur avait surpris tout le monde il y a quatre ans en remportant d'une courte tête l'Iowa, le premier État à voter pour les primaires.

Ses valeurs chrétiennes conservatrices - il est catholique - et son soutien affiché aux classes populaires avaient, contre toute attente, donné du fil à retordre à Mitt Romney.

Mais la partie va être disputée. Face à lui, les sénateurs Ted Cruz, Rand Paul et Marco Rubio offrent au parti républicain des visages neufs. Le gouverneur du Wisconsin Scott Walker, populaire dans l'aile conservatrice du parti, et Mike Huckabee, candidat en 2008 et animateur d'une émission sur la chaîne Fox, sont aussi sur les rangs.

Et il y a évidemment Jeb Bush, fort de ses père et frère anciens présidents et d'un trésor de guerre qui s'annonce plus que conséquent.

Rick Santorum pourrait ainsi ne même pas être qualifié pour le premier débat républicain, le 6 août. Les organisateurs ne retiendront que les 10 candidats en tête des sondages et M. Santorum, sur la corde raide, est placé par un sondage RealClearPolitics en 10e position avec 2,3% de soutien.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer