Washington: le suspect d'un quadruple meurtre trahi par une croûte de pizza

Le quotidien The Washington Post, à l'instar de plusieurs... (PHOTO AP/POLICE MÉTROPOLITAINE DE WASHINGTON D.C.)

Agrandir

Le quotidien The Washington Post, à l'instar de plusieurs médias américains, a rapporté jeudi que la police avait rapidement progressé dans son enquête grâce à l'identification de l'ADN de Dylon Wint, 34 ans, sur la croûte d'une pizza qui avait été commandée le 13 mai, alors que les victimes étaient semble-t-il séquestrées.

PHOTO AP/POLICE MÉTROPOLITAINE DE WASHINGTON D.C.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le suspect d'un quadruple meurtre commis dans un quartier huppé de la capitale fédérale Washington a été identifié par la police grâce à de l'ADN prélevé sur des restes de pizza, ont rapporté jeudi des médias américains.

La police a simplement indiqué dans un communiqué avoir lancé un mandat d'arrêt contre Daron Dylon Wint dans le cadre de son enquête sur la mort d'un riche homme d'affaires, Savvas Savopoulos, de son épouse Amy, de leur fils de 10 ans et d'une employée de maison, Veralicia Figueroa.

Ils ont été tués le 13 mai dans la résidence du millionnaire et de sa famille. Ils avaient été ligotés et brutalisés, puis la maison a été volontairement incendiée, a expliqué la police.

M. Savopoulos était PDG d'American Iron Works, une société située dans le Maryland qui fabrique des matériaux de construction. Sa Porsche bleue, qui avait été volée, a été retrouvée abandonnée et incendiée à quelques kilomètres du lieu du crime, selon la police.

Le quotidien The Washington Post, à l'instar de plusieurs médias américains, a rapporté jeudi que la police avait rapidement progressé dans son enquête grâce à l'identification de l'ADN de M. Wint, 34 ans, sur la croûte d'une pizza qui avait été commandée le 13 mai, alors que les victimes étaient semble-t-il séquestrées.

Il est recherché pour assassinats et, selon les médias, la police n'a pas écarté l'éventualité de complicités.

Selon le quotidien, faisant référence à des sources non identifiées et à des documents de justice, un paquet contenant 40 000 $ en liquide avait été déposé dans la maison par une personne travaillant avec M. Savopoulos peu avant l'incendie.

Le crime a été commis dans un quartier cossu de Washington, non loin de la résidence du vice-président Joe Biden et de nombreuses ambassades et propriétés diplomatiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer