Chicago indemnise des Noirs torturés par sa police il y a plus de 25 ans

La plupart des victimes venaient des quartiers pauvres... (Photo: AP)

Agrandir

La plupart des victimes venaient des quartiers pauvres de South Side et la ville a contesté leurs plaintes pendant des décennies.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

La ville de Chicago a approuvé mercredi le versement de 5,5 millions de dollars de compensations financières à près d'une centaine d'hommes, pour la plupart noirs, qui avaient été torturés par sa police entre 1972 et 1991.

Près d'une centaine d'hommes auraient été torturés par l'ancien chef de la police Jon Burge pour leur soutirer des aveux, selon le Chicago Tribune.

«C'est une étape, mais une étape essentielle, pour redresser les torts, effacer la tache», a affirmé le maire Rahm Emanuel, cité par le quotidien.

«Chicago va enfin affronter son passé, l'accepter, reconnaître quand quelque chose de mal a été fait et être assez fort pour (le) dire».

La plupart des victimes venaient des quartiers pauvres de South Side et la ville a contesté leurs plaintes pendant des décennies.

La ville a aussi publié des excuses et précisé qu'elle aiderait les victimes par du conseil ou le paiement de frais de scolarité.

«Chicago a fait un pas historique pour montrer au pays et au monde qu'il ne peut pas y avoir de date d'expiration pour les compensations de crimes aussi odieux que la torture», s'est félicité le directeur général d'Amnesty International USA, Steven Hawkins, dans un communiqué.

L'ancien chef de la police de Chicago Jon... (Archives AP) - image 2.0

Agrandir

L'ancien chef de la police de Chicago Jon Burge en 2010.

Archives AP

Selon Amnesty, après leur arrestation, «les suspects étaient l'objet d'abus terribles y compris des chocs électriques sur leurs organes génitaux et d'autres parties du corps; ils étaient asphyxiés, battus ou soumis à des simulacres d'exécution - et tout cela accompagné d'insultes à caractère racial lancées par des policiers qui étaient tous blancs».

Cette compensation et ces excuses hors du commun ont lieu à un moment de tension exacerbée aux Etats-Unis entre la communauté noire et la police, accusée de violences et de racisme.

Des manifestations ont été organisées dans plusieurs grandes villes, dont certaines ont viré à l'émeute, après plusieurs drames lors desquels des Noirs non armés ont été tués par des policiers.

La ville de Baltimore a été secouée la semaine dernière par des violences après l'inhumation de Freddie Gray, 25 ans, mort des suites d'une blessure «grave» lors de son transport le 12 avril sans ceinture, pieds et mains liés, à plat ventre dans un fourgon de police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer