Indiana: boum des contaminations au VIH par injection

Une seringue est vue en bordure de la... (PHOTO CHRISTOPHER FRYER, ARCHIVES NEWS AND TRIBUNE/AP)

Agrandir

Une seringue est vue en bordure de la rue West Main, dans le centre d'Austin, dans le comté de Scott, dans l'Indiana, le 24 mars.

PHOTO CHRISTOPHER FRYER, ARCHIVES NEWS AND TRIBUNE/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kerry SHERIDAN
Agence France-Presse
MIAMI

Une petite communauté rurale de l'Indiana, dans le nord des États-Unis, subit de plein fouet les conséquences de l'injection de plus en plus répandue parmi la population de puissants antidouleurs opiacés, qui a entraîné une explosion de cas de contamination au VIH, ont indiqué les autorités vendredi.

Quelque 142 nouveaux cas de VIH ont été identifiés depuis le début de l'année dans le comté de Scott, qui compte 4200 habitants et un seul médecin.

Ces nouveaux patients, âgés de 18 à 57 ans, sont tous liés à des injections illégales d'oxymorphone, un puissant analgésique vendu sur ordonnance.

Une urgence de santé publique a été décrétée le 26 mars par le gouverneur de l'État, et les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont émis une alerte nationale à destination des personnels de santé pour qu'ils surveillent une éventuelle épidémie d'hépatite C et de VIH parmi les drogués.

Environ 3900 nouveaux cas d'infection au VIH sont attribués chaque année aux États-Unis à des injections de drogue, contre 35 000 à la fin des années 1980 lorsque la consommation d'héroïne avait diffusé le virus au gré du partage des seringues.

L'abus d'antidouleurs sur ordonnance a fortement progressé dans le pays, où les décès par empoisonnement aux opiacés ont presque quadruplé entre 2009 et 2011.

Jerome Adams, commissaire à la santé de l'État de l'Indiana, a indiqué qu'entre 2009 et 2013, seulement trois nouveaux cas de VIH avaient été identifiés dans le comté de Scott.

«Nous avons de nouveaux cas littéralement tous les jours, chaque heure», a déclaré M. Adams à la presse, faisant état d'une épidémie «sans précédent».

Quatre de ces nouveaux cas sur cinq ont reconnu s'injecter de la drogue, ont indiqué les services de santé, précisant que leur produit de choix était un antidouleur oral vendu sous le nom d'Opana dont ils réduisent les comprimés en poudre avant de la dissoudre dans un liquide.

Certains renouvellent les injections toutes les quatre heures et partagent des aiguilles plus grosses que pour l'héroïne, ce qui augmente le risque de contamination. Chaque malade a indiqué avoir partagé son aiguille avec neuf autres personnes en moyenne.

Cette dépendance a commencé dans la région il y a une dizaine d'années et, désormais, «beaucoup de membres d'une même famille se droguent ensemble», a expliqué Joan Duwve, consultante du ministère de la Santé de l'Indiana.

Grands-parents, parents et enfants «vivent sous le même toit et s'injectent des drogues ensemble, comme une activité commune», a-t-elle relevé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer