30 ans de prison pour complot d'attentat à Portland

Un Américano-Somalien a été condamné mercredi à 30 ans de prison pour avoir... (Archives Reuters)

Agrandir

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Portland

Un Américano-Somalien a été condamné mercredi à 30 ans de prison pour avoir voulu faire exploser une bombe lors d'une cérémonie de Noël dans l'Oregon à laquelle assistaient des milliers de personnes, a-t-on appris de source judiciaire.

Lors de l'annonce de la sentence, le juge fédéral Garr King a indiqué que l'accusé, Mohamed Mohamud, «avait l'intention de commettre un crime horrible» et que, même lorsque les agents du FBI, agissant sous couverture, lui avaient proposé des options pour changer d'avis, il «n'avait jamais dévié de son plan».

Le juge King a précisé que près de 10 000 personnes assistaient à la cérémonie de Noël le jour de l'arrestation et que l'accusé voulait «blesser ou tuer» tous ces gens.

Mohamed Mohamud, 23 ans, avait été jugé coupable l'an dernier d'avoir pris part à un projet d'attentat le 26 novembre 2010 lors d'une cérémonie autour d'un arbre de Noël.

Ce jour-là, «il a été arrêté après avoir détoné ce qu'il pensait être un minibus bourré d'explosifs, garé près d'une cérémonie d'inauguration des lumières d'un arbre de Noël à Portland», la capitale de l'Oregon, selon un communiqué du département américain de la Justice (DoJ) publié mercredi, qui précise que l'opération des autorités a duré des mois.

Lors d'un procès de 14 jours, ses avocats avaient affirmé qu'il avait été piégé par des agents du FBI, la police fédérale américaine, agissant sous couverture.

Les procureurs de l'Oregon avaient à l'inverse assuré que le jeune homme avait activement participé à ce projet d'attentat.

«Le procès a mis en évidence des techniques utilisées par (le réseau djihadiste) Al-Qaïda pour radicaliser les extrémistes sur le territoire» américain, a commenté Amanda Marshall, ministre de la Justice de l'Oregon, citée dans le communiqué du DoJ.

«Je me réjouis de continuer à travailler avec les communautés musulmanes de l'Oregon, qui sont déterminées à s'assurer que tous les jeunes sont protégés des extrémistes qui tentent de les radicaliser et de les pousser vers la violence», a-t-elle ajouté.

D'après les éléments du procès, M. Mohamud a commencé à échanger des dizaines de courriels en 2009 avec Samir Khan, «un ancien terroriste d'Al-Qaïda aujourd'hui décédé» qui publiait Jihad Recollections, un magazine en ligne «faisant l'apologie de la guerre sainte par la violence», ainsi que Inspire, le magazine officiel d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique, détaille le DoJ.

L'accusé a lui-même écrit dans ces publications sous pseudonyme.

En août de la même année, il est entré en contact par email avec Amro Al-Ali, un Saoudien aujourd'hui détenu dans son pays pour terrorisme, avec le projet de rejoindre un camp d'entraînement pour djihadistes au Yémen. C'est en se faisant passer pour des acolytes d'Al-Ali que les agents du FBI ont ensuite contacté M. Mohamud.

Mercredi, M. Mohamud s'est excusé devant le tribunal, peu avant l'annonce de sa sentence.

«Les choses que j'ai dites et faites étaient terribles. (...) Je veux m'excuser auprès de tout le monde», a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par le quotidien The Oregonian, qui ajoute qu'il a également présenté ses excuses à la communauté musulmane.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer