Obama veut prolonger l'indemnisation des chômeurs de plus de six mois

Bien qu'il soit descendu à 7 % en novembre,... (PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Bien qu'il soit descendu à 7 % en novembre, le chômage reste aux États-Unis à un niveau historiquement élevé (5,6 % en juin 2008).

PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président des États-Unis Barack Obama a appelé mardi ses adversaires républicains à voter pour renouveler un dispositif d'indemnisation des personnes au chômage depuis plus de six mois, un impératif non seulement moral, mais aussi économique, selon lui.

La bataille représente le premier affrontement politique de l'année, qui culminera en novembre avec les élections législatives de mi-mandat.

«Je ne me souviens pas d'avoir rencontré un seul Américain qui préfère toucher une indemnité chômage plutôt que de travailler», a déclaré Barack Obama à la Maison-Blanche, où il avait convié plusieurs demandeurs d'emploi dont les indemnités ont été coupées fin décembre.

«Les chômeurs ne sont pas paresseux, ils ne manquent pas de motivation, ils subissent les conséquences de la pire crise économique depuis une génération», a-t-il dit.

Le programme d'urgence avait été mis en place durant le mandat du président George W. Bush en 2008, au plus fort de la récession, pour indemniser les chômeurs au-delà des 26 semaines généralement couvertes par les assurances chômage de chacun des États. Il avait permis de financer jusqu'à 99 semaines d'indemnisation à son pic, un maximum réduit en 2013 à 73 semaines, soit environ 17 mois.

Le dispositif fédéral a pris fin le 28 décembre, faute d'action du Congrès pour le reconduire, faisant perdre immédiatement leurs allocations à 1,3 million des 11 millions de chômeurs actuels. En 2014, 3,6 millions de demandeurs d'emploi supplémentaires seront affectés, selon la Maison-Blanche.

Mardi, les sénateurs américains ont voté par 60 voix contre 37 en faveur d'un texte qui reconduirait le programme pour trois mois, lors d'un vote de procédure ouvrant la voie à son adoption éventuelle dans cette chambre.

Mais les républicains qui contrôlent la Chambre des représentants, où la mesure devra être aussi adoptée pour entrer en vigueur, ont opposé une fin de non-recevoir au dispositif qui, en l'état, n'est pas financé par des économies équivalentes.

Ils soulignent que la mesure a déjà été renouvelée 12 fois.

«J'ai personnellement dit à la Maison-Blanche qu'une nouvelle extension du dispositif d'indemnisation d'urgence devait non seulement être financée, mais aussi inclure des mesures pour aider les gens à retrouver du travail. À ce jour, le président n'a rien proposé de tel», a déclaré John Boehner, président de la Chambre.

En 2012, l'indemnité moyenne représentait environ 300 $ par semaine, soit un taux de remplacement du salaire d'environ 50 %, selon le gouvernement.

M. Obama a souligné que les crédits du programme seraient réinjectés dans l'économie américaine et contribueraient à la croissance.

«Mettre fin à l'indemnisation de millions de chômeurs est une erreur. Le Congrès doit corriger cela», a-t-il insisté.

Selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), la prorogation du programme pour un an apporterait 0,2 point de croissance en 2014.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer