Écrasement à San Francisco: au moins deux morts

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josh EDELSON
Agence France-Presse
SAN FRANCISCO

Les experts commençaient dimanche à «assembler les pièces du puzzle» pour tenter d'expliquer les raisons de l'écrasement du vol 214 d'Asiana à San Francisco après un atterrissage raté, qui a fait deux morts et plus de 180 blessés, dont six sont encore dans un état «critique».

Les experts de l'agence américaine de sécurité des transports (NTSB) «ont récupéré les boîtes noires et les ont expédiées à nos laboratoires de Washington», a indiqué dimanche Deborah Hersman, présidente de la NTSB.

Les deux boîtes noires - l'une enregistrant les paramètres techniques, l'autre les conversations dans le cockpit - sont arrivées dans la matinée à Washington, et leurs données étaient en cours d'analyse.

«Nous espérons que les données seront utilisables. Nous allons les étudier aujourd'hui», a précisé Mme Hersman sur la chaîne ABC, ajoutant que les experts de la NTSB «espèrent interroger le pilote dans les jours qui viennent».

«C'est important d'utiliser tout ce qui est à votre disposition, d'assembler les pièces du puzzle, non seulement pour comprendre ce qui s'est passé, mais aussi pourquoi c'est arrivé, afin de prévenir de tels accidents dans le futur», a-t-elle affirmé sur la chaîne CNN.

Le Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne Asiana Airlines en provenance de Séoul a pris feu après que la queue de l'appareil a heurté la piste.

Le dernier décompte officiel samedi soir faisait état de deux morts - deux adolescentes chinoises de 15 et 16 ans -, 182 blessés et 123 passagers indemnes parmi les 307 passagers et membres d'équipage à bord.

Dix-neuf personnes étaient encore hospitalisées dimanche au San Francisco General Hospital. «Des 19, six sont dans un état critique, dont un enfant», a précisé Rachel Kagan, porte-parole de l'hôpital.

«Les blessures les plus graves sont des traumatismes crâniens et de lourdes blessures abdominales avec hémorragie», a précisé Margaret Knudson, responsable du service de chirurgie de l'hôpital. «Il y a aussi plusieurs personnes avec de sérieuses fractures de la colonne vertébrale, dont certains entraînent une paralysie», a-t-elle ajouté.

«Il est évident que quand on voit l'avion, les dégâts sont énormes», a ajouté Mme Hersman, qui estime que vu l'ampleur de l'accident, «on peut être soulagés qu'il y ait un petit nombre de victimes, cela aurait pu être pire».

Mme Hersman, estimant qu'il était trop tôt pour se prononcer sur la cause de l'écrasement, a indiqué que «l'enquête en est à ses débuts. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Cela dit, nous avons beaucoup d'informations à traiter, l'équipage a survécu et nous avons des enregistrements avec une centaine de paramètres», a-t-elle ajouté.

L'agent du FBI David Johnson avait affirmé samedi qu'il n'y avait «aucune indication d'un quelconque acte terroriste ou criminel lié à l'accident».

Le PDG d'Asiana, Yoon Young-Doo, a affirmé au cours d'une conférence de presse dimanche à Séoul que les premières informations écartaient a priori la thèse de l'avarie technique.

«D'après ce que nous savons, il n'y a pas eu de problème de moteur ou mécanique» avant l'écrasement survenu vers 18h30 GMT (14h30 à Montréal), a-t-il expliqué, ajoutant que les pilotes étaient chevronnés avec environ 10 000 heures de vol chacun.

Les télévisions ont montré en boucle les images impressionnantes de l'avion, entouré de débris, la queue séparée du reste de l'appareil et toute la partie avant du toit manquante, consumée par le feu.

Les raisons de l'accident restent inconnues, mais plusieurs témoignages convergents indiquent que la queue de l'appareil a heurté la piste, déstabilisant l'avion et provoquant le détachement de l'arrière du Boeing du reste du fuselage.

«Je viens de m'écraser à SFO (San Francisco Airport). La queue (de l'avion) s'est détachée. La plupart des gens ont l'air sains et saufs. Je suis OK. Surréaliste», a écrit David Eun, un responsable du groupe d'électronique Samsung, sur son compte Twitter.

Un autre survivant a raconté à la chaîne CNN le moment terrible où la queue de l'avion a heurté le sol, envoyant dans le vide plusieurs personnes.

«Ils sont tous tombés, c'est la chose la plus terrible que j'aie jamais vue», s'est souvenu Elliott Stone.

«Nous l'avons vu toucher le sol, la queue s'est brisée presque immédiatement, en touchant ce qui semblait être l'extrémité de la piste. On aurait dit que l'avion faisait un plat sur le ventre en atterrissant», a déclaré à CNN Jennifer Sorgen.

D'après M. Yoon, l'équipage avait annoncé normalement le prochain atterrissage de l'appareil et demandé aux passagers de boucler leur ceinture. «Il n'y a pas eu de procédure d'urgence», a-t-il dit.

L'avion avait commencé son voyage à Shanghai avant de faire escale à Séoul et de continuer jusqu'à San Francisco.

Deuxième compagnie sud-coréenne après Korean Air, Asiana Airlines jouit d'une excellente réputation en matière de sécurité. Le dernier accident impliquant un vol commercial remonte à juin 1993 lorsqu'un Boeing 737 s'était écrasé sur une montagne dans le sud-ouest du pays, faisant 68 morts et 44 blessés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer