Tempête aux États-Unis: le trafic aérien redémarre lentement

Les États-Unis se relèvent difficilement de la tempête... (Photo: AFP)

Agrandir

Les États-Unis se relèvent difficilement de la tempête de neige des derniers jours. À Times Square, les équipes de déneigement sont à pied d'oeuvre.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le trafic aérien a repris lentement, mardi, dans le nord-est des États-Unis, où l'une des pires tempêtes du siècle a transformé les aéroports en véritables dortoirs. Une grande partie des passagers pris en otages par le blizzard devront toutefois patienter quelques jours encore avant de pouvoir plier bagages.

Depuis dimanche, la chute d'environ 60 centimètres de neige a forcé l'annulation de plus de 5000 vols. Dans les trois aéroports desservant la région de New York seulement, 1500 vols ont été suspendus. Le service a graduellement repris lundi soir dans les aéroports LaGuardia et John F. Kennedy et hier matin à l'aéroport Newark.

Mais la fermeture presque complète de l'espace aérien le plus fréquenté des États-Unis a engendré un effet domino qui s'est fait sentir de part et d'autre de la frontière. Les autorités ont indiqué qu'il faudra attendre vendredi avant que tous les passagers ne soient replacés sur d'autres vols.

Selon l'Autorité de l'aviation civile américaine (FAA), les vols à l'arrivée à Newark enregistraient mardi six heures de retard en moyenne. À John F. Kennedy, le retard moyen était de cinq heures et demie. Le même scénario s'est produit à Philadelphie et à Boston.

À Montréal-Trudeau, une douzaine de vols reliant la métropole à New York ont été annulés mardi, conséquence de la suspension des vols aux aéroports John F. Kennedy et Newark en début de semaine. Dimanche et lundi, la météo capricieuse a forcé l'annulation de plus de 100 vols reliant Montréal au nord-est des États-Unis et à l'est du Canada.

Selon le National Weather Service, la tempête qui a laissé 50,8 centimètres de neige, dimanche à Central Park, arrive au sixième rang des pires tempêtes de neige survenues à New York depuis 1869. Dans certains États de la côte est américaine, les météorologues ont recensé des chutes de neige allant jusqu'à 60 centimètres.

Le Québec n'est pas épargné

La tempête qui a frappé de plein fouet nos voisins du Sud s'est déplacée lundi dans la région de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent ainsi que dans les Maritimes, où près de 40 centimètres de neige se sont accumulés par endroits.

En Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laurent, des vents soufflant jusqu'à 90 km/h ont provoqué, mardi, des conditions routières qualifiées de «difficiles» par Transports Québec. Au moment de mettre sous presse, la Sûreté du Québec recensait 80 sorties de route et accidents mineurs dans la région.

Pour la deuxième journée consécutive, un tronçon de la route 132 compris entre La Martre et Marsoui a dû être fermé en raison des fortes marées en Gaspésie. Des morceaux de glace qui ont échoué sur la chaussée ont causé l'affaissement de la route.

Dans l'est du Canada, plus de 12 000 foyers ont par ailleurs été privés d'électricité mardi, dont plusieurs depuis plus de 24 heures.

- Avec l'AFP, AP et PC




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer