L'interrogatoire selon la CIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse

Liste des «Techniques d'interrogation améliorées» énumérées dans le  rapport de l'inspecteur général de la CIA, dévoilé lundi. 

-La prise d'attention consiste à prendre le détenu par le collet avec les deux mains et à l'approcher rapidement et de manière contrôlée vers l'interrogateur.

-Durant la technique du mur, le détenu est tiré vers l'avant puis rapidement et fermement repoussé contre le mur afin que ses omoplates le heurtent. Une serviette enroulée est disposée derrière son cou pour éviter que sa tête ne se cogne au mur.

 

-La prise faciale sert à maintenir immobile la tête du détenu. L'interrogateur place ses paumes ouvertes de chaque côté de la figure du détenu, le bout des doigts loin de ses yeux.

-La claque faciale ou insultante est donnée avec les doigts légèrement écartés. La main de l'interrogateur entre en contact entre le menton et le lobe de l'oreille.

-Dans l'emprisonnement étriqué, le détenu est placé dans un lieu clos, par exemple une boîte petite ou grande, généralement dans le noir. Les emprisonnements dans les espaces les plus petits ne doivent pas dépasser 2 heures et doivent être espacés de 18 heures. On peut placer un insecte non dangereux avec le détenu.

-En position debout, le détenu est placé à 4 ou 5 pieds d'un mur, les pieds écartés à la largeur des épaules. Ses bras sont étendus devant lui et ses doigts s'appuient sur le mur pour soutenir tout son poids. Le détenu ne peut pas changer la position de ses mains ou de ses pieds.

-Les positions de stress consistent par exemple à obliger le détenu à s'asseoir sur le plancher, les jambes complètement étendues devant lui et les bras élevés au-dessus de la tête, ou alors à s'agenouiller sur le plancher tout en se penchant vers l'arrière avec un angle de 45 degrés.

-La privation de sommeil ne peut pas dépasser 11 jours à la fois.

-La torture par l'eau consiste à attacher le détenu à un banc, les pieds surélevés. L'interrogateur place un linge sur la bouche et le nez du détenu et verse de l'eau sur le linge de manière contrôlée. La respiration est restreinte pendant de 20 à 40 secondes, ce qui produit une sensation de noyade et de suffocation.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer