Dans les rues de Mossoul: la vie quotidienne sous le joug de l'EI

Mossoul, deuxième ville d'Irak, est contrôlée depuis un... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Mossoul, deuxième ville d'Irak, est contrôlée depuis un an par les djihadistes de l'État islamique.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

La Presse

Des images exclusives obtenues par la BBC lèvent le voile sur la vie au quotidien à Mossoul, deuxième ville d'Irak tombée aux mains des djihadistes de l'État islamique il y a un an.

Dans les rues de Mossoul les femmes sont contraintes de porter le voile intégral et ne peuvent circuler qu'accompagnée par un homme. Sur ces images filmées secrètement sur une période de plusieurs mois l'année dernière - vidéos obtenues par le producteur de la BBC Ghadi Sary -, on peut voir que le contrôle des femmes est l'un des éléments centraux de la gestion des populations par le groupe armé islamiste.

Une femme est ainsi interpellée par un «patrouilleur» de l'État islamique, car elle ne porte pas de gants et qu'elle contrevient ainsi au code vestimentaire en vigueur. 

Deuxième élément du pouvoir de l'EI sur la ville mis en exergue par les vidéos: la persécution des minorités.

Alors que Mossoul abritait jusqu'à sa prise de contrôle par les hommes de Baghdadi quelque 60 000 chrétiens, ces derniers ont pratiquement tous fui la ville. Leurs maisons ont été confisquées par l'EI et marquées de la lettre «N» pour Nasrani (chrétiens).

Des images qui montrent notamment comment les militants de l'EI n'hésitent pas à avoir recours à l'intimidation et à la torture pour asseoir leur pouvoir. Un résidant de la ville répondant au nom d'Hisham témoigne: «Mon frère a reçu 20 coups de fouet seulement parce qu'il n'avait pas fermé son magasin à l'heure de la prière».

La vie quotidienne a changé du tout au tout depuis l'arrivée des fondamentalistes. Les images témoignent de pénurie d'essence, de la fermeture des écoles, des chantiers de construction abandonnés.

Ces rares images dévoilent également la mise en place de la politique d'endoctrinement du groupe armé qui utilise des techniques sophistiquées pour véhiculer sa propagande comme ces «points médias» qui se retrouvent par exemple sur un marché et où sont diffusées des vidéos de propagande de l'EI.

Les djihadistes se servent également des  écoles qu'ils contrôlent pour endoctriner les enfants de Mossoul. «J'ai vu mon petit frère dessiner un drapeau de l'État islamique et chantonner l'une de leurs chansons. Nous l'avons immédiatement retiré de l'école. Nous préférons qu'il n'ait pas d'éducation plutôt que celle prodiguée par l'EI», relate Mahmoud.

À lire et à voir sur la BBC (en anglais)

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer