Guerres et terrorisme: l'UNESCO veut mieux protéger le patrimoine

Le célèbre Lion de Palmyre, une statue vieille... (Associated Press)

Agrandir

Le célèbre Lion de Palmyre, une statue vieille de 2000 ans, a été détruite.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
ISTAMBOUL

La directrice générale de l'UNESCO souhaite que les sites du patrimoine mondial soient protégés contre le terrorisme et la guerre.

Lors de la cérémonie d'ouverture du 40e Comité du patrimoine mondial à Istanbul, dimanche, Irina Bokova a déclaré que le patrimoine mondial était attaqué «du Mali à la Syrie».

Elle a souligné que la destruction des sites du patrimoine mondial affectait tout le monde.

La rencontre de 11 jours permettra de discuter des démarches concrètes visant à protéger les sites à risque et les propositions d'inscription de 27 nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Parmi les candidatures, on retrouve deux sites canadiens - la réserve écologique de Mistaken Point, à Terre-Neuve-et-Labrador et la forêt de Pimachiowin Aki, située dans le nord de l'Ontario et du Manitoba.

Le site archéologique d'Ani, en Turquie, et les grottes néandertaliennes du territoire du Gibraltar sont également en lice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer