Énergie Est: le déversement en Saskatchewan inquiète des villes québécoises

Des nappes de pétrole recouvrent la rivière Saskatchewan,... (Photo Jason Franson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Des nappes de pétrole recouvrent la rivière Saskatchewan, près de Maidstone, le 22 juillet dernier.

Photo Jason Franson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Croteau 
La Presse

(Québec) Le déversement de pétrole qui prive deux municipalités d'eau potable en Saskatchewan ravive les craintes des villes québécoises face au projet d'oléoduc Énergie Est.

Depuis deux semaines, les villes de Prince Albert... (PHOTO JASON FRANSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

Depuis deux semaines, les villes de Prince Albert et North Battleford doivent faire venir de l’eau potable de villes voisines par pipeline après un déversement de pétrole dans la rivière Saskatchewan Nord.

PHOTO JASON FRANSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Depuis deux semaines, les villes de Prince Albert et North Battleford doivent faire venir de l'eau potable de villes voisines par pipeline. Leur source d'approvisionnement a été contaminée après la rupture d'un oléoduc de la société Husky Energy et le déversement de 250 000 litres de pétrole brut dans la rivière Saskatchewan Nord.

Cet accident s'est déroulé à des milliers de kilomètres du Québec, mais ses conséquences sont suivies de près dans le milieu municipal.

Le maire de Laval, Marc Demers, a été le premier à prendre position contre le projet d'oléoduc Énergie Est l'an dernier. Il craint qu'un déversement dans la rivière des Outaouais ne contamine les prises d'eau de sa municipalité de 425 000 habitants. Un scénario qui priverait les citoyens d'eau courante et qui causerait de sérieux maux de tête aux pompiers qui combattent les incendies.

Les récents événements en Saskatchewan confirment les craintes du maire, a-t-il confié en entrevue.

« Malheureusement, ça confirme ce qu'on a avancé et ce qu'on a dit », a-t-il affirmé.

Au bureau du maire de Montréal, Denis Coderre, on qualifie de « très préoccupant » le déversement de la société Husky Energy.

« Les conséquences d'une situation semblable sur la prise d'eau sont inquiétantes pour le Grand Montréal, où vivent près de quatre millions de personnes », a indiqué la porte-parole du maire, Catherine Maurice.

Redoubler d'efforts

TransCanada ne cache pas que le déversement dans la rivière Saskatchewan Nord risque d'alimenter les craintes par rapport à son projet Énergie Est. La société albertaine entend donc redoubler d'efforts pour convaincre les Québécois que son projet est sécuritaire, a indiqué son porte-parole, Jonathan Abecassis.

« On ne peut pas nier que ça a un impact, a convenu M. Abecassis. Mais pour nous, ça veut dire qu'on doit se retrousser les manches et travailler encore plus fort pour expliquer en quoi le pipeline est le plus sécuritaire. »

« Tous ces incidents minent la confiance du public. Il n'y a aucun doute que des incidents comme ceux-là préoccupent les gens, et c'est à bon droit », a estimé Russ Girling, PDG de TransCanada, lors d'une conférence téléphonique la semaine dernière.

Or, révèle un tour d'horizon de La Presse, bon nombre de dirigeants municipaux surveillent avec attention les développements en Saskatchewan.

« C'est en plein ça qu'on craint », a indiqué le directeur général adjoint de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, Raymond Malo.

La MRC est à ce jour la seule entité municipale au Québec à avoir refusé d'accorder une autorisation à TransCanada. La société albertaine lui a demandé un permis, il y a quelques mois, pour prélever des carottes de forage sous le lit de la rivière des Outaouais.

Cette demande reste lettre morte, car la MRC se dit insatisfaite des garanties de TransCanada au sujet de la protection de ses prises d'eau dans la rivière.

« En matière de sécurité civile, l'eau potable, c'est ce qu'il y a de plus important. », dit Raymond Malo.

Dans un mémoire déposé au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) ce printemps, la Ville de Lévis avait demandé à TransCanada de bâtir des prises d'eau en amont du point de passage de son oléoduc afin de protéger son approvisionnement en cas de fuite.

Le déversement en Saskatchewan confirme à la Ville qu'elle ne « crie pas au loup », a observé le directeur général adjoint, Christian Tanguay, qui dirige un groupe de travail sur le projet Énergie Est.

« Ça confirme le fait que ces investissements sont nécessaires et confirme le fait qu'un déversement peut se produire », a dit M. Tanguay.

4
Nombre de puits que prévoit forer la Ville de North Battleford pour compenser la perte de sa prise d'eau potable dans la rivière Saskatchewan Nord. Un plan adopté cette semaine par l'administration municipale prévoit aussi la construction d'un pipeline vers une ville voisine pour garantir son approvisionnement en eau. On prévoit également ajouter un nouveau système de filtration à l'usine de traitement des eaux.
250 000
Nombre de litres de pétrole qui ont été déversés dans la rivière Saskatchewan Nord après la rupture d'un oléoduc de Husky Energy. C'est l'équivalent de 1572 barils de brut.
133 000
Nombre de litres de pétrole qui ont été récupérés dans la rivière. Le ministère de l'Environnement de la Saskatchewan a admis cette semaine qu'il est peu probable que le déversement puisse être entièrement nettoyé.

***

LE TEMPS DE RÉPONSE

Dans les heures qui ont suivi le déversement, Husky Energy a affirmé avoir détecté la fuite à 20 h, le 20 juillet, et avoir averti le gouvernement de la Saskatchewan 14 heures plus tard. Quelques jours plus tard, la société a changé sa version des faits. Elle dit maintenant avoir découvert la fuite à 10 h, le 21 juillet, et en avoir avisé les autorités provinciales 30 minutes plus tard.

ENQUÊTE PUBLIQUE

Le premier ministre de la province, Brad Wall, a dit s'attendre à ce que Husky Energy couvre les coûts du nettoyage. Il a aussi annoncé une enquête publique sur le déversement. Ce même M. Wall avait critiqué le maire Denis Coderre lorsque la Communauté métropolitaine de Montréal a pris position contre le projet Énergie Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer