Un village du Nord canadien veut s'affranchir des génératrices au diesel

La Société d'électricité des Territoires du Nord-Ouest a... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La Société d'électricité des Territoires du Nord-Ouest a doté le village de panneaux solaires et de batteries, un système qui peut produire jusqu'à 136 kilowatts.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bob Weber
La Presse Canadienne

Un tout petit village déné des Territoires du Nord-Ouest tente de devenir complètement autosuffisant en électricité exclusivement grâce à des panneaux solaires et des batteries - du moins pendant les longues périodes d'ensoleillement de l'été arctique.

Colville Lake est une petite communauté d'environ 150 Dénés sur les bords du lac homonyme, dans le nord-ouest des Territoires. Au moment de remplacer récemment la vieille génératrice au diesel, la Société d'électricité des Territoires du Nord-Ouest a aussi doté le village de panneaux solaires et de batteries, un système qui peut produire jusqu'à 136 kilowatts.

Lorsqu'il fait noir - et en hiver, les journées sont courtes dans ce coin de pays -, le village est alimenté en électricité grâce à des groupes électrogènes à moteur diesel. Les batteries peuvent néanmoins emmagasiner les surplus produits, de sorte que les génératrices fonctionnent à plein régime. Mais à mesure que les journées «rallongeront», le solaire remplacera graduellement les moteurs diesel jusqu'à devenir, par moments, la seule source d'électricité de la petite communauté.

Selon Myra Berrub, de la Northwest Territories Power Corp., Colville Lake serait un cas unique, car contrairement à d'autres, cette communauté n'est pas reliée à un réseau qui peut toujours dépanner en cas de pénurie.

Le modèle de Colville Lake suscite beaucoup d'intérêt, car l'approvisionnement en électricité dans le Grand-Nord constitue un défi de taille pour ces communautés éloignées. Mise à part l'hydro-électricité au Yukon, la plupart des communautés arctiques dépendent de gros groupes électrogènes à moteur, qui doivent être approvisionnés en carburant par routes de glaces et barges, ce qui coûte très cher.

Un comité sénatorial avait conclu en 2014 que les systèmes d'approvisionnement en électricité dans le Nord étaient «vieux, sous-performants et à la limite de leurs capacités». Les premiers ministres des territoires nordiques demandent régulièrement l'aide financière d'Ottawa à ce chapitre.

D'autres sources d'énergies renouvelables sont déjà utilisées dans l'Arctique. Plusieurs maisons sont chauffées grâce à la biomasse et des éoliennes ont été installées près de Whitehorse ou Rankin Inlet, au Nunavut. La solution retenue à Colville Lake pourrait cependant donner des idées aux autres communautés si elle s'avérait rentable, prévoit Mme Berrub.

Car les batteries coûtent très cher, mais les communautés peuvent recevoir des subventions du gouvernement territorial.

Les partisans de ces solutions rappellent aussi combien il est agréable de ne plus entendre le bruit incessant des génératrices dans le village.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer