Ottawa veut limiter le bruit causé par les navires pour protéger les épaulards

Un épaulard... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Un épaulard

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruce Cheadle
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement fédéral songe à différents moyens pour réglementer le niveau de bruit sous-marin causé par le passage de bateaux dans le cadre de son plan de protection de l'épaulard, une espèce menacée, alors que le nombre de navires pétroliers qui passe au large de Vancouver risque d'augmenter.

Ottawa annonce son intention de légiférer en la matière au moment même où des groupes environnementaux se préparent à déposer une poursuite pour contester la décision du gouvernement d'approuver le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, en Colombie-Britannique.

Ces opposants au projet soutiennent qu'Ottawa n'en fait pas assez pour limiter les conséquences qu'aura l'expansion de l'oléoduc sur les populations d'épaulards.

Le ministre des Pêches, Dominic LeBlanc, a indiqué avoir travaillé avec le ministre des Transports, Marc Garneau, en vue d'élaborer un plan de protection des quelque 80 baleines de ce type restantes dans la mer des Salish, près de Vancouver.

L'ingénierie et la science offrent des façons de contrôler le niveau de bruit sous l'eau, a expliqué le ministre LeBlanc, ajoutant que le gouvernement espère trouver une option pour «qu'aucune augmentation nette de bruit (ne survienne) malgré l'augmentation potentielle de trafic maritime».

Le scénario «final» n'est toutefois pas encore établi, a-t-il précisé.

M. LeBlanc a reconnu que le sort l'épaulard - considéré comme une espèce menacée depuis 2005 - est d'autant plus incertain dans la foulée de la décision du gouvernement de donner le feu vert au projet de Kinder Morgan.

Selon le plan établi par la société pétrolière, environ 34 pétroliers doivent transporter chaque mois du bitume dilué de Burnaby jusqu'à Burrar Inlet en passant par le détroit de Juan de Fuca.

Le bruit causé par les navires mine la capacité des épaulards à communiquer entre eux durant leurs activités de chasse et à repérer leurs proies. Les ondes sonores sont par ailleurs considérées comme l'un des principaux stress sévères auxquels fait face le mammifère marin, en plus du fait que la population de saumons quinnat est en diminution.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer