Saisie record d'objets en ivoire à New York

Les autorités ont estimé que l'ensemble des objets... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Les autorités ont estimé que l'ensemble des objets avaient nécessité le massacre de 12 éléphants au moins.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Des dizaines de statuettes, une colonne sculptée, deux paires de défenses, un jeu d'échecs: le procureur de Manhattan a présenté jeudi la plus grosse prise d'ivoire illégal jamais effectuée dans la mégalopole américaine et s'est dit décidé à «assécher le marché».

L'ensemble des objets saisis atteignent une valeur de quelque 4,5 millions de dollars US, les deux paires de défenses - l'un d'un éléphant adulte, l'autre d'un adolescent - étant évaluées à respectivement 200 000 et 150 000 dollars US.

Les autorités ont estimé que l'ensemble des objets avaient nécessité le massacre de 12 éléphants au moins.

«C'est la plus importante saisie jamais effectuée dans l'État de New York», a affirmé le procureur, Cyrus Vance.

«New York est depuis longtemps une plaque tournante» du commerce de l'ivoire et le premier marché aux États-Unis, devant la Californie et Hawaï, a précisé Basil Seggos, responsable du département pour la protection de la nature de l'État de New York, qui a participé à l'enquête.

«Mais ce genre de comportement ne sera plus toléré», a-t-il souligné.

«C'est inexcusable et immoral», «nous allons assécher ce marché qui contribue au massacre des éléphants», a assuré M. Vance, en rappelant que New York avait été l'un des premiers États américains en 2014 à adopter des lois strictes interdisant la vente d'ivoire, pour protéger les pachydermes en voie de disparition.

Les marchandises ont été saisies dans un magasin d'antiquité de la 57e rue par des policiers prétendant être des clients potentiels.

Elles n'étaient pas exposées en vitrine, mais à l'étage, pour les clients se sentant «en confiance», selon les enquêteurs.

Ils ont aussi indiqué ne pas être certains de l'origine de la marchandise, tout en soulignant que la plupart des sculpteurs d'ivoire se trouvaient en Chine.

La boutique d'antiquités avait jusqu'en 2014 la licence nécessaire à la vente d'objets en ivoire, mais n'avait pu la renouveler en raison des nouvelles lois.

Ses propriétaires ont été inculpés de commerce illégal d'animaux sauvages et risquent, en plus de fortes amendes, jusqu'à trois ans de prison.

Les États-Unis sont parmi les plus gros consommateurs d'ivoire au monde. Mais de plus en plus d'États se sont engagés pour mettre fin à leurs marchés domestiques.

Les éléphants africains sont les plus menacés d'extinction, avec une population qui a encore décliné de 30% entre 2007 et 2014, où ils n'étaient plus en tout que quelque 350 000.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer