Plus de 300 baleines retrouvées échouées en Patagonie

En avril, une vingtaine de baleines d'une espèce... (ARCHIVES AP)

Agrandir

En avril, une vingtaine de baleines d'une espèce protégée ont été trouvées mortes dans cette région du Chili.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Santiago du Chili

Plus de 300 baleines ont été trouvées mortes dans un fjord isolé de la Patagonie chilienne, à l'extrême sud du pays, ce qui pourrait constituer l'un des plus grand échouage de cétacés jamais constaté, ont annoncé mardi des chercheurs.

«C'était une vision apocalyptique. Je n'avais rien vu de semblable», a déclaré à l'AFP Vreni Häussermann, la directrice du centre scientifique Huinay, qui a participé à l'expédition ayant trouvé les baleines échouées.

Ces chercheurs ont mis en place cette expédition après la découverte en avril d'une vingtaine de baleines d'une espèce protégée qui avaient été trouvées mortes dans cette région du Chili, à quelque 2000 km au sud de la capitale, Santiago.

Ces premières baleines appartenaient à l'espèce protégée «rorqual sei» (Balaenoptera borealis), autrefois très prisée par les pêcheurs et qui peut mesurer jusqu'à 16 mètres de long et peser 30 tonnes.

Lors d'un vol de reconnaissance, réalisé en juin au-dessus de la zone par cette équipe de scientifiques, ils ont pu observer un nombre bien plus élevé de cétacés morts.

«Nous avons pu compter 337 baleines mortes, en incluant les cadavres et les squelettes», a déclaré Vreni Häussermann à l'AFP. Outre le survol, des photos aériennes et satellites ont été utilisées pour parvenir à ce total.

«Il y a encore de nombreuses zones que nous n'avons pas pu atteindre, il est donc probable qu'il y ait davantage de baleines mortes», a ajouté Häussermann.

L'endroit où ont été trouvées les baleines est un fjord très difficilement accessible.

Les causes de ce phénomène d'échouage massif, qui pourrait être l'un des plus importants jamais enregistrés par des scientifiques, seront expliquées prochainement dans la revue National Geographic, qui a financé le survol.

Les scientifiques à l'origine de la découverte avaient souligné qu'aucune des baleines ne portait de trace de blessures, privilégiant la piste d'un excès d'algues ou d'un virus.

Par ailleurs, une enquête des autorités chiliennes après la découverte du mois d'avril avait écarté toute intervention humaine dans la mort des cétacés.

Cette trouvaille scientifique intervient alors que se tient en ce moment à Paris la COP21, la conférence mondiale sur le climat qui doit traiter notamment de l'importance des océans dans cette problématique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer