L'acidification des océans, grande responsable de l'extinction d'espèces

L'acidification des océans causée par la forte augmentation de dioxyde de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'acidification des océans causée par la forte augmentation de dioxyde de carbone après d'énormes éruptions volcaniques, a provoqué la plus grande extinction d'espèces de l'histoire de la Terre il y a 252 millions d'années, ont déterminé des chercheurs.

Plus de 90% des espèces animales marines et plus des deux tiers des espèces terrestres ont disparu.

En absorbant le dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère, la composition chimique des océans s'est modifiée pour devenir plus acide, ce qui a eu des conséquences catastrophiques sur la faune et la flore, ont expliqué ces scientifiques, dont l'étude est publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Ces résultats vont être utiles pour aider les scientifiques à comprendre la menace que représente pour la vie marine l'acidification actuelle des océans.

«Les scientifiques suspectaient depuis longtemps qu'une acidification des océans s'est produite pendant la plus grande extinction de tous les temps mais on ne disposait pas jusqu'alors de preuves», a relevé Matthew Clarkson, un géo-scientifique de l'université d'Edimbourg (Royaume-Uni) qui a coordonné ces travaux.

Les résultats «sont préoccupants étant donné que nous pouvons déjà voir aujourd'hui une augmentation de l'acidité dans les océans résultant des émissions carboniques des activités humaines», a-t-il souligné.

Ce phénomène résulte de l'augmentation rapide des émissions de gaz à effet de serre, dont notamment le CO2 provenant de la combustion des énergies fossiles responsable du changement climatique.

Les quantités de dioxyde de carbone rejetées dans l'atmosphère liées à l'extinction de masse d'il y a 252 millions d'années étaient probablement plus importantes que les réserves d'énergie fossiles d'aujourd'hui, ont noté ces scientifiques.

Mais, selon eux, le rythme de progression rapide des émissions de CO2 était alors similaire à celui d'aujourd'hui. Et il a été un facteur clé dans l'acidification des océans à cette époque, ont-ils souligné.

La grande extinction dite de Permien-Triasique s'est étalée sur une période de 60 000 ans. Si l'acidification des océans elle-même n'a duré qu'environ 10 000 ans, elle a néanmoins joué un rôle essentiel dans la disparition des espèces en donnant le coup de grâce à un écosystème déjà affaibli par la montée des températures et la perte d'oxygène, ont-ils expliqué.

Les océans ont la capacité d'absorber, sans conséquences, seulement une certaine quantité de C02.

Les scientifiques ont analysé des roches provenant des Émirats arabes unis qui se trouvaient, à l'époque de la grande extinction, sur le fond de l'océan. Elles ont conservé les traces détaillées des changements survenus dans les océans.

À partir des données obtenues, ils ont élaboré un modèle climatique pour déterminer les facteurs responsables de cette extinction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer