Les grands singes menacés par l'huile de palme

«On est en train de détruire les habitats... (PHOTO TIZIANA FABI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

«On est en train de détruire les habitats des orangs-outangs et des grands singes», a déploré Doug Cress un des responsables de la campagne de protection des grands singes menée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

PHOTO TIZIANA FABI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
M JEGATHESAN
Agence France-Presse
KUALA LUMPUR

La destruction des forêts tropicales en Asie du Sud-Est et, de plus en plus en Afrique, pour faciliter la culture de l'huile de palme représente une «menace directe» à la survie des grands singes comme l'orang-outang, ont averti des environnementalistes jeudi.

Ces craintes ont été émises en marge de la réunion annuelle, qui s'est achevée jeudi en Malaisie, de la Table ronde pour l'huile de palme durable (RSPO), une association qui rassemble 1800 membres de l'industrie de l'huile de palme.

«On est en train de détruire les habitats des orangs-outangs et des grands singes», a déploré Doug Cress un des responsables de la campagne de protection des grands singes menée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

La culture de l'huile de palme, responsable de la destruction des forêts tropicales en Asie du Sud-Est et maintenant de plus en plus courante en Afrique constitue «une menace directe pour les grands singes», a-t-il insisté.

En Asie du Sud-Est, environ un million d'hectares de forêt - un territoire équivalant à celui de la Jamaïque - est perdu chaque année à cause de l'expansion de cultures comme celle de l'huile de palme, a précisé Adam Harrison, spécialiste de l'agriculture pour l'organisation environnementale WWF.

«Les orangs-outangs auront disparu dans quelques décennies. Dans l'île de Borneo - partagée entre Malaisie, Indonésie et Brunei -, on constate déjà qu'il ne reste plus qu'une poignée de rhinocéros. Leur population ne peut y survivre et va s'éteindre», a déploré Adam Harrison.

Le défrichage en vue des plantations «a pris des proportions inquiétantes. On défriche même dans des forêts d'une grande qualité et cela aura aussi des répercussions sur le climat», a averti M. Harrison.

Le problème est particulièrement aigu en Malaisie et en Indonésie, qui produisent 85 % de l'huile de palme mondiale, ont précisé des participants à la conférence.

L'usage de l'huile de palme - dérivée du fruit du palmier à huile - a explosé ces dernières années et cette huile est devenue un ingrédient-clé de beaucoup de produits quotidiens comme le rouge à lèvres, les nouilles instantanées, le shampooing ou encore la crème glacée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer