Les États-Unis en voie d'honorer les objectifs sur le climat, malgré Trump

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis s'étaient engagés, à l'époque de l'administration Obama, à une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Les États-Unis sont sur les rails pour atteindre les objectifs fixés par l'accord de Paris sur le climat, malgré la décision du président Trump de retirer son pays de cet accord, a indiqué jeudi le secrétaire général de l'ONU.

Après l'annonce de Donald Trump en juin 2017, des villes, des États, des entreprises à travers le pays, s'étaient engagés à honorer les objectifs décrétés dans la capitale française fin 2015.

«Il y a des espoirs qu'indépendamment de la position du gouvernement, les États-Unis pourraient être en mesure de respecter les engagements pris à Paris en tant que pays», a souligné devant la presse le patron des Nations unies, Antonio Guterres.

«Nous avons observé dans les villes, et nous avons vu dans beaucoup d'États, un engagement très fort envers l'accord de Paris, si bien que certains indices vont même dans une meilleure direction que ce qui a été le cas récemment», a dit M. Guterres.

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis s'étaient engagés, à l'époque de l'administration Obama, à une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005.

Près de 200 pays et organisations s'étaient mis d'accord à Paris, après d'intenses négociations, s'engageant pour la réduction des émissions de carbone, allant jusqu'à 2030.

Le président Trump avait justifié son retrait, qui avait provoqué un tollé international, jetant le blâme sur un «mauvais accord» pour l'économie des États-Unis.

Sachant qu'il faut trois ans pour un signataire avant de pouvoir signifier son retrait de l'accord de Paris et encore un an avant que ce dernier ne soit effectif, la sortie des États-Unis ne pourrait intervenir concrètement qu'en novembre 2020.

Mais l'administration Trump dispose d'autres leviers pour entraver la lutte contre le réchauffement climatique, comme le rapporte jeudi un article du New York Times, indiquant que la Maison-Blanche s'apprête à assouplir la réglementation sur les émissions de gaz à effet de serre et la consommation de carburant des véhicules.

Selon une porte-parole de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), citée anonymement par le quotidien new-yorkais, la Maison-Blanche devrait présenter un plan assouplissant la réglementation actuelle, ce qui constituerait une victoire pour l'industrie automobile et entraînerait potentiellement une réduction des exigences sur ces sujets à l'échelle mondiale.

La communauté internationale veut limiter la hausse des températures à 2°C par rapport à l'ère préindustrielle, mais le patron de l'ONU a prévenu que des efforts accrus étaient nécessaires pour atteindre cet objectif en 2020.

Le changement climatique est «la menace la plus systémique pour l'espèce humaine», a alerté Antonio Guterres, ajoutant que des données récentes sur les évènements climatiques extrêmes ont montré que «2017 a été (une année) pleine de chaos climatique».

Le chef de l'ONU prévoit d'organiser un sommet majeur l'année prochaine pour faire le point sur les progrès dans la mise en place de l'accord sur le climat. La présence du président américain est plus qu'incertaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer