Artistes, auteurs et organismes canadiens signent un manifeste pour la planète

Soutenant que la performance du Canada en matière... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Soutenant que la performance du Canada en matière environnementale est «un crime contre l'avenir de l'humanité», le manifeste plaide pour que le pays vive d'une électricité alimentée entièrement par des énergies renouvelables et justes.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joan Bryden
La Presse Canadienne
OTTAWA

Juste comme Thomas Mulcair tente de convaincre les Canadiens que le Nouveau Parti démocratique (NPD) est un choix sécuritaire et modéré pour l'élection du 19 octobre, certains de ses partisans publics les plus connus lancent un manifeste essentiellement fondé sur leur souci du sort de la planète et de la sollicitude des uns pour les autres, et qui appelle à une restructuration radicale de l'économie du pays.

Une multitude de personnalités et d'organismes du Canada provenant d'une pluralité de milieux signent «Un grand bond vers l'avant: Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns envers les autres», qui est lancé ce mardi en marge du Festival international du film de Toronto (TIFF). Ils en appellent à la sortie complète du Canada de sa dépendance aux combustibles fossiles d'ici 35 ans et à la fin du système capitaliste.

L'auteure engagée Naomi Klein et son mari, Avi Lewis, sont derrière ce manifeste, qui fait écho aux thèmes du dernier livre de Mme Klein, «Tout peut changer: capitalisme et changements climatiques». Son mari a réalisé un documentaire qui porte le même nom. Quelques Québécois ont signé le manifeste: Charles Taylor, Denis Villeneuve, Philippe Falardeau, Leonard Cohen, Éric Pineault, Gabriel Nadeau-Dubois et les membres d'Arcade Fire.

Les transformations de la société décrites dans le manifeste contrastent grandement avec la plateforme pragmatique que M. Mulcair offre: un budget équilibré, une ouverture aux accords de libre-échange, le développement durable des sables bitumineux de l'Alberta, pas de hausse d'impôt hormis une, très légère, pour les entreprises.

Or, parmi les signataires du manifeste figurent quelques partisans néo-démocrates connus, dont l'ancien chef du NPD de l'Ontario, Stephen Lewis (le père d'Avi Lewis), qui a présenté avec éloges M. Mulcair dans un rassemblement électoral, le mois dernier à Toronto.

Le duo électro-pop Tegan and Sara, la chanteuse Feist, le président du Congrès du travail du Canada, Hassan Yussuf, et celui du Syndicat canadien de la fonction publique, Paul Moist, font partie des signataires du texte ayant déclaré leur soutien au NPD.

Stephen Lewis ne voit pas son soutien envers M. Mulcair comme incohérent avec le manifeste, qui, note-t-il, est aussi signé par des gens d'autres partis, dont un ancien juge en chef ontarien et ancien ministre provincial conservateur, Roy McMurtry.

«Quand Tom Mulcair parle de changements climatiques et de l'importance de se pencher sur le réchauffement climatique au Canada et à l'international, c'est une extension - certes dramatique et saisissante - du genre de choses auxquelles beaucoup d'entre nous aspirent», a-t-il affirmé en entrevue.

Soutenant que la performance du Canada en matière environnementale est «un crime contre l'avenir de l'humanité», le manifeste plaide pour que le pays vive d'une électricité alimentée entièrement par des énergies renouvelables et justes. Le Canada devrait être traversé de réseaux de transport public accessible, disent les signataires, qui exigent des sources d'énergie qui ne s'épuiseront jamais car les avancées technologiques ont mis ce rêve à la portée des Canadiens, selon eux.

«Nous partons du constat que le Canada et le Québec traversent aujourd'hui la crise la plus grave de leur histoire récente», lit-on en première ligne du texte. «La pauvreté et les inégalités qui s'accentuent creusent une cicatrice qui défigure notre présent.»

Ils appellent au respect des communautés autochtones, qui ont été aux premières lignes de la défense des cours d'eau, des berges, des forêts et des terres contre l'activité industrielle débridée.

«Le temps est venu d'être courageux. Le temps est venu de bondir vers l'avant», concluent-ils.

Les acteurs Rachel McAdams, Ellen Page, Donald Sutherland et Pamela Anderson, le chanteur Neil Young, les écrivains Michael Ondaatje et Joseph BOyden et l'environnementaliste David Suzuki font également partie des signataires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer