Climat: l'absence d'accord «serait une catastrophe» pour François Hollande

Cet appel de François Hollande intervient à quelques... (PHOTO JEAN-PIERRE CLATOT, AFP)

Agrandir

Cet appel de François Hollande intervient à quelques jours d'une nouvelle session de négociations sur le climat début septembre à Bonn.

PHOTO JEAN-PIERRE CLATOT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
LE BOURGET-DU-LAC

L'absence d'accord sur le climat à la conférence internationale prévue fin novembre à Paris «serait une catastrophe», a averti jeudi le président François Hollande, appelant à «accompagner financièrement» les pays émergents ou vulnérables.

«Si nous n'en avions pas, ce qui serait une catastrophe, l'enjeu, c'est d'être capable de proposer à beaucoup de pays qui vont s'engager dans la transition énergétique, des solutions», a dit François Hollande à l'issue d'une visite de l'Institut national de l'énergie solaire au Bourget-du-Lac (Savoie).

«S'il y a un accord sur le climat, ça ne sera pas simplement un accord sur des règles, sur des mécanismes, ce sera aussi un accord sur des financements, car beaucoup de pays émergents ou vulnérables ont demandé, à juste raison, que leur transition énergétique puisse être accompagnée financièrement», a souligné le président qui venait de débattre avec des industriels des enjeux du réchauffement climatique.

Cet appel de François Hollande intervient à quelques jours d'une nouvelle session de négociations sur le climat début septembre à Bonn.

L'un des principaux sujets de discussion de la COP 21 porte sur le partage des efforts entre pays développés, émetteurs historiques des gaz à effet de serre (GES) source du réchauffement, et pays en développement et émergents.

Les pays en développement réclament notamment que soit précisée la façon dont les pays industrialisés comptent arriver à verser les 100 milliards de dollars par an promis d'ici 2020, afin de financer notamment leur basculement vers des énergies propres.

Les pays devront aussi se pencher sur la question sensible des «pertes et dommages» liés aux impacts inévitables du changement climatique, qui sont réclamés par les États les plus vulnérables comme les petites îles, menacées de submersion.

Les représentants de 195 pays sont attendus le 30 novembre à Paris, jusqu'au 11 décembre, pour négocier, sous l'égide des Nations unies, lors de la 21e conférence sur le climat, un accord mondial visant à freiner le réchauffement climatique de la planète.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer