Exclusif

Milieu humide: Laval fait fi de Québec

Difficile d'imaginer qu'il n'y a pas si longtemps,... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Difficile d'imaginer qu'il n'y a pas si longtemps, s'étendaient ici de grandes terres agricoles et un marais sauvage précieux, d'une grande richesse écologique: le milieu humide 33B.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Laval et un promoteur proche de l'ancien maire Gilles Vaillancourt ont fait fi d'une demande du ministère de l'Environnement en saccageant un milieu humide d'une grande valeur écologique afin d'y construire un prestigieux domaine où se sont installés les héritiers de la mafia montréalaise.

L'opulence frappe dès qu'on franchit les colonnes romaines et le muret qui bordent l'entrée du nouveau lotissement, à l'ouest de l'autoroute 13, dans le quartier Sainte-Dorothée.

Le domaine est construit en vase clos, avec une entrée unique ouvrant sur une centaine de maisons. En avançant vers la Rivière-des-Prairies, ce sont des manoirs, parfois de véritables châteaux qui se succèdent, certains jouissant d'une vue imprenable sur l'eau. La nuit, lorsque des milliers de lampes illuminent les chic façades lavalloises, celles-ci prennent des airs de contes de fées.

Rien n'a été laissé au hasard lors de la construction du domaine centré sur l'avenue de la Seigneurie. Couronné «projet unifamilial de l'année» par l'Association de la construction du Québec en 1998, le lotissement était encadré par un strict contrôle architectural. Chaque plan devait être approuvé par un comité. Chaque maison devait être unique mais en harmonie avec le style du voisinage.

Difficile d'imaginer qu'il n'y a pas si longtemps, s'étendaient ici de grandes terres agricoles et un marais sauvage précieux, d'une grande richesse écologique: le milieu humide 33B.

 Une terre convoitée

Selon le registre foncier, la terre avait été achetée par l'agriculteur Moïse Gohier dès 1902. Il en avait donné une partie à cultiver à son fils Armand en 1917, qui avait lui-même transmis la terre à ses fils. Au moins quatre générations de Gohier ont été fermiers sur ce qui est aujourd'hui le quartier de l'avenue de la Seigneurie.

En 1988, l'heure est au développement à Laval. Un acheteur arrive. L'homme d'affaires Giuseppe Borsellino, du Groupe Pétra, veut acheter la terre pour y construire un lotissement.

Groupe Pétra achète la terre des fermiers Gohier en décembre 1988 pour 3,1 millions, selon l'acte de vente consulté par La Presse. L'année suivante, c'est le grand dézonage à Laval: la Ville annonce que près de 40% des terres autrefois réservées à l'agriculture seront ouvertes au développement, y compris la terre fraîchement acquise par Pétra. Giuseppe Borsellino obtient un prêt de 5 millions de la Banque Nationale pour préparer son projet.

Le 17 février 1993, la Ville de Laval obtient une autorisation du ministère de l'Environnement pour construire l'avenue de la Seigneurie dans l'ancienne terre des Gohier jusqu'au bord de la rivière, ainsi que les égouts et aqueducs nécessaires à la réalisation du projet résidentiel de Pétra. 

Le projet prévoit la destruction du milieu humide 33B, un riche écosystème qui foisonne alors au bout des terres agricoles. Mais à l'époque, on ignore sa valeur. Le fastidieux travail de recensement et cartographie des milieux humides n'a pas encore été fait à Laval.

Dix mois après la délivrance de l'autorisation, la loi est modifiée pour ajouter de nouvelles exigences envers les promoteurs qui veulent détruire un milieu humide. Mais le marais 33B est déjà condamné.

Pétra commence à vendre des terrains dans le futur lotissement de prestige. Deux des premiers acheteurs, en 1997, sont Nick Rizzuto junior, fils du parrain de la mafia Vito Rizzuto, et Domenica Renda, fille du consigliere de la mafia Paolo Renda.

Au fil des années, les cinq enfants de Vito Rizzuto et Paolo Renda, les chefs de la mafia à Montréal, achètent des propriétés autour du luxueux projet immobilier. Eux qui avaient grandi dans des maisons voisines dans ce qu'on surnomme la «rue de la mafia», à Ahuntsic-Cartierville, ont décidé de s'installer côte à côte dans leur propre domaine une fois adultes. Avantage de taille pour eux: le projet de Pétra à Laval était situé presque directement en face du quartier où leurs parents et les autres dirigeants de la mafia habitaient, de l'autre côté de la rivière, à Montréal.

Certains des actes de vente ont été signés directement par Giuseppe Borsellino. L'entrepreneur connaissait la famille: il vient de Cattolica Eraclea, le même village sicilien que le patriarche Nick Rizzuto père. En 2010, après les funérailles de ce dernier,

La Presse a rapporté que Giuseppe Borsellino était un des seuls entrepreneurs connus à avoir assisté aux funérailles du vieux mafioso.

Après une première phase de constructions plus timide aux abords du projet, Pétra et la Ville sont prêts à s'avancer dans les terres et lancer la construction de l'essentiel des maisons et des infrastructures municipales au début des années 2000. C'est cette phase qui menace le marais. Mais depuis l'octroi du permis en 1993, le milieu humide 33B a été recensé, étudié, analysé par les scientifiques. Le ministère de l'Environnement a pris conscience de l'importance écologique de cette zone. La sensibilité environnementale de la population et des gouvernements ont aussi évolué.

Une demande de Québec

Québec tente alors d'empêcher le début des travaux de construction en faisant appel à la bonne volonté de la Ville, comme le montre une lettre officielle obtenue par La Presse.

«Le 13 août 2002, le ministère de l'Environnement s'est adressé à Ville de Laval pour lui indiquer que la réalisation de ce projet compromettait la pérennité du marais en question et lui recommander de surseoir à son projet de développement», écrit la directrice adjointe de l'analyse et de l'expertise pour Montréal et Laval au Ministère, dans une lettre au Conseil régional de l'environnement de Laval. L'organisme s'était inquiété de la destruction du marais.

«Ville de Laval n'a pas agréé à cette demande. Le 6 mai 2004, elle confirmait que les travaux d'aqueduc, d'égoûts et de drainage avaient été réalisés», poursuit la fonctionnaire.

Elle explique que le permis délivré en 1993 avait scellé le sort du marais, empêchant toute intervention gouvernementale contre la Ville à l'avenir. «Le ministère n'a pas pu s'opposer à la réalisation des travaux, malgré que la Ville ne se soit prévalue de son autorisation que 10 ans plus tard», dit-elle.

«Comment un permis peut-il être bon pour 10 ans? Quand on obtient un permis pour rénover sa maison, c'est bon seulement pour quelques mois. Ici, l'environnement géophysique a été modifié, il y a eu un inventaire des espèces animales et végétales qui a été fait, mais le permis du promoteur est resté valide pour toujours», s'insurge le directeur général du Conseil régional de l'environnement de Laval, Guy Garand.

Encore aujourd'hui, M. Garand est furieux. «On avait un méchant beau milieu humide, tout ça n'existe plus», déplore-t-il.

«Pourtant, tout est attaché en chaînons: les rivières, les lacs, les ruisseaux, les milieux humides. Si les forêts sont les poumons de la planète, les milieux humides sont ses reins. La qualité de notre eau et notre qualité de vie y sont liées. Tu peux verser un gallon d'E. coli à l'entrée et l'eau va être propre à la sortie», explique-t-il.

Si une telle situation se représentait aujourd'hui, le ministre de l'Environnement aurait le droit de révoquer le permis de construire de la Ville, puisque la loi a été modifiée en 2011 pour colmater cette brèche, explique Me Jean-François Girard, spécialiste des milieux humides au Centre québécois du droit de l'environnement.

«Autrefois, il n'y avait rien dans la loi, ce qui faisait effectivement que les certificats étaient bons à vie. Personne n'avait pensé à ça, mais dans les faits, pratiquement tout le monde utilisait son certificat dans un délai d'un an! Personne n'attendait 10 ans pour l'utiliser! C'est vraiment un cas d'exception qui s'est produit à Laval», observe-t-il.

Giuseppe Borsellino n'a pas rappelé La Presse. La Ville de Laval, qui est sous tutelle, n'était pas en mesure de nous répondre. Le ministère de l'Environnement n'a pas voulu commenter avant de retrouver le dossier dans ses archives, ce qui pourrait prendre quelques jours encore.

_______________________________________

Un promoteur bien branché à Laval

 

Le développeur du projet immobilier de l'avenue de la Seigneurie, Groupe Pétra, n'en est pas à son premier accrochage avec les défenseurs des milieux humides.

L'entreprise de Giuseppe Borsellino, de son épouse Elina Saputo, et des hommes d'affaires Joey Saputo et Emmanuele Saputo possède de grands terrains à Laval. Elle a été au coeur d'un âpre litige judiciaire en 2005, lorsque le ministre de l'Environnement du Québec, Thomas Mulcair, avait voulu la forcer à remettre en état un milieu humide lavallois endommagé par un autre de ses lotissements.

L'affaire s'est finalement réglée hors cours en 2008.

L'ex-journaliste du Devoir Louis-Gilles Francoeur, aujourd'hui vice-président du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), a écrit à l'époque que cet affrontement avait «contribué à pousser vers la sortie le ministre Mulcair».

M. Mulcair avait ensuite voulu protéger tous les milieux humides par une loi, ce qui menaçait plusieurs projets immobiliers à Laval. Un projet sur lequel il est revenu dans une entrevue à L'Actualité en 2011: «C'est là que ç'a commencé à mal aller avec Jean Charest. Il y avait beaucoup de terrains en jeu, à Laval, notamment, et Charest m'a dit qu'il ne pouvait pas faire ça à Gilles Vaillancourt», avait-il raconté.

Giuseppe Borsellino connaît bien l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt. Il a été patron d'honneur de la Fondation Marcel-Vaillancourt pour l'enfance lavalloise, un organisme caritatif de la famille Vaillancourt. Gilles Vaillancourt a de son côté été l'invité d'honneur du bal de La Fondation communautaire canadienne-italienne du Québec en 1999, dont M. Borsellino est membre fondateur.

Ce bal servait à financer la construction d'un centre sportif de Saint-Léonard où trône aujourd'hui le buste de Giuseppe Borsellino. En 2006, MM. Vaillancourt et Borsellino ont co-présidé le Bal viennois pour la Fondation scolaire de Laval.

En 2011, La Presse a révélé que la Ville de Laval avait vendu deux immenses terres à Giuseppe Borsellino à des prix étonnamment bas, sans tenir compte de l'activité immobilière avoisinante, dont elle avait pourtant connaissance. Le manque à gagner pour la ville avait été évalué à 2,5 millions.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer