Le réalisateur Milos Forman s'éteint à 86 ans

Milos Forman en 2007... (PHOTO ABDELHAK SENNA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Milos Forman en 2007

PHOTO ABDELHAK SENNA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Anthony McCartney

Le cinéaste tchèque Milos Forman, dont les films One Flew Over the Cuckoo's Nest et Amadeus ont remporté une flopée d'oscars, est décédé samedi à l'âge de 86 ans.

M. Forman s'est éteint vers 2 h du matin à l'hôpital Dansbury situé près de sa résidence de Warren, dans le Connecticut, selon un communiqué publié par son ancien agent, Dennis Aspland.

C'est la femme du réalisateur, Martina Zborilova, qui a informé M. Aspland du décès.

Né en 1932 à Caslav, dans l'ancienne Tchécoslovaquie, Milos Forman est arrivé aux États-Unis à la fin des années 60. Il n'avait pas d'argent et parlait à peine anglais, mais il avait déjà réalisé plusieurs films dans son pays natal, comme Black Peter, Loves of a Blonde et The Fireman's Ball, qui lui avaient valu une reconnaissance internationale pour leur originalité et leur désinvolture.

M. Foreman, dont les parents sont morts dans des camps nazis, avait quitté sa patrie après que les troupes communistes l'eurent envahie en 1968 au terme d'une brève période de liberté politique et artistique surnommée le Printemps de Prague.

Aux États-Unis, la feuille de route du cinéaste s'est révélée suffisamment impressionnante pour lui ouvrir les portes des studios de Hollywood. Son premier film américain, Taking Off, sorti en 1971, a été acclamé par la critique, qui l'a comparé à ses précédentes créations. Mais avec aucune vedette susceptible d'attirer les foules, le long métrage a rapidement piqué du nez au box-office.

L'acteur et producteur Michael Douglas a donné une seconde chance à Milos Forman en l'embauchant pour réaliser One Flew Over The Cuckoo's Nest, une adaptation du roman du même nom de Ken Kesey qui raconte l'histoire d'un marginal incitant ses compagnons d'un hôpital psychiatrique à se révolter contre l'autorité.

Lancé en 1975, le film a raflé tous les trophées les plus prestigieux de la cérémonie des Oscar cette année-là, dont celui de meilleur réalisateur et de meilleur film.

M. Forman a répété cet exploit près de 10 ans plus tard grâce à Amadeus, après avoir connu des déceptions avec Hair en 1979 et Ragtime en 1981.

Pour tourner Amadeus, qui met en scène un Mozart immature et à la langue bien pendue, le réalisateur, qui est devenu citoyen des États-Unis en 1975, est retourné à Prague pour la première fois depuis son départ.

Loin d'être prolifique, Milos Forman a considérablement ralenti son rythme de création après le succès d'Amadeus, ne livrant que trois autres productions américaines au cours des années suivantes, soit Valmont en 1989, The People vs. Larry Flint en 1996 et Man on the Moon en 1999.

Marié à trois reprises, M. Forman a divorcé de sa première femme, a laissé la seconde derrière lui avec leurs deux fils jumeaux après avoir fui l'ancienne Tchécoslovaquie et a épousé la troisième, Martina, avec qui il a également eu des jumeaux, en 1999.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer