Les films de l'automne: venus d'ailleurs

Sasha Lane dans American Honey... (PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION)

Agrandir

Sasha Lane dans American Honey

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voici quelques-uns des films étrangers qui prendront l'affiche au cours des prochains mois.

7 octobre : American Honey

Lauréate du prix du jury à Cannes, la cinéaste britannique Andrea Arnold dessine le portrait d'une Amérique battante, et mue par une vraie fureur de vivre. C'est un peu comme si l'univers de Gus Van Sant, façon Elephant et Paranoid Park, avait croisé celui du portraitiste Larry Clark. Sasha Lane et Shia LaBeouf mènent ce formidable road trip.

Catherine Frot dans Marguerite... (Photo fournie par Cohen Media Group) - image 2.0

Agrandir

Catherine Frot dans Marguerite

Photo fournie par Cohen Media Group

28 octobre : Marguerite

Catherine Frot a obtenu le César de la meilleure actrice en se glissant dans la peau d'une riche héritière qui chante faux, inspirée par la désormais célèbre Florence Foster Jenkins. Ce film formidable, réalisé par Xavier Giannoli (Quand j'étais chanteur) nous arrive enfin, un an après sa sortie en France. 

11 novembre : Mal de pierres

Inspiré d'un roman de Milena Agus, ce film de Nicole Garcia met en son centre un personnage féminin complexe, qu'interprète avec brio Marion Cotillard. N'hésitant pas à se faire lyrique et plongeant à fond dans la nature romanesque du récit, la réalisatrice propose ici un film de facture classique, très beau, magnifié par la composition remarquable de l'actrice. 

18 novembre : Elle

Paul Verhoeven (Basic Instinct) réussit un coup de maître et offre son meilleur film - le premier qu'il tourne en français - depuis des lustres. Il n'a strictement rien du thriller hollywoodien et n'a que faire des bons sentiments. Un bonheur de tous les instants de voir évoluer Isabelle Huppert dans un rôle qu'aucune autre actrice n'aurait pu jouer de la même façon. 

21 décembre : Julieta

Après Les amants passagers, Pedro Almodóvar retrouve sa belle forme grâce à Julieta, un mélo très sobre dans lequel il dessine, encore une fois, un magnifique portrait de femme. Le cinéaste a recadré en Espagne, en les fusionnant en une seule intrigue, trois nouvelles de la romancière canadienne Alice Munro. Et c'est beau. 

Date de sortie à confirmer

I, Daniel Blake 

(V.F. : Moi, Daniel Blake)

Dave Johns dans I, Daniel Blake... (Photo fournie par Wild Bunch) - image 3.0

Agrandir

Dave Johns dans I, Daniel Blake

Photo fournie par Wild Bunch

Sandra Hüller et Peter Simonischek dans Toni Erdmann... (Photo fournie par Komplizen Film) - image 3.1

Agrandir

Sandra Hüller et Peter Simonischek dans Toni Erdmann

Photo fournie par Komplizen Film

Le vétéran britannique Ken Loach a obtenu à Cannes la deuxième Palme d'or de sa carrière grâce à ce drame social puissant, d'une grande pertinence. Ce film relate les efforts que doit faire Daniel Blake (Dave Johns), en arrêt de travail depuis un infarctus, pour réclamer les indemnités auxquelles il a droit. 

Toni Erdmann

Écartée du palmarès cannois, cette comédie dramatique allemande n'en est pas moins restée la favorite des festivaliers. La cinéaste Maren Ade a frappé un coup de circuit en évoquant l'intrusion d'un père excentrique dans la vie de sa fille carriériste, trop sérieuse à son goût. Ce film est ponctué d'au moins deux scènes d'anthologie. 

The Bleeder

Philippe Falardeau lancera vendredi prochain son deuxième long métrage américain à la Mostra de Venise. Liev Schreiber incarne le boxeur Chuck Wepner, celui-là même qui aurait inspiré Sylvester Stallone pour écrire Rocky. Sa nouvelle notoriété le pousse à tomber dans la culture du sexe, alcool, drogue et disco de l'époque.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer