RIDM: pleins feux sur de jeunes documentaristes

Santiago Bertolino, Maxime Lacoste-Lebuis, Maude Plante-Husaruk, Justine Harbonnier,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Santiago Bertolino, Maxime Lacoste-Lebuis, Maude Plante-Husaruk, Justine Harbonnier, Aude Leroux-Lévesque, Sébastien Rist et Clara L'Heureux-Garcia font partie de la cohorte de cinéastes québécois inscrits à la programmation des 19es Rencontres internationales du documentaire de Montréal.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils sont jeunes. Ils voyagent. Ils ont d'autres façons de voir le monde et nous les communiquent par le documentaire. Et ils font partie de la cohorte de cinéastes québécois inscrits à la programmation des 19es Rencontres internationales du documentaire de Montréal, qui se tiendront du 10 au 20 novembre.

Aude Leroux-Lévesque et Sébastien Rist

Film aux RIDM: Chez les géants

Âge: 33 ans (Aude) et 32 ans (Sébastien)

Formation: Université Concordia (communications)

Films précédents: Call Me Salma, Au pied du mur et Kelly Fraser, l'étoile polaire (moyens métrages)

Sujets de prédilection: «La jeunesse, dit Aude. On s'intéresse beaucoup à la fin de l'adolescence.»

Pourquoi faire du documentaire: «En fiction, tu fais du studio et lorsque tu en sors, les acteurs sont de vraies personnes. Dans le documentaire, quand tu t'immerges dans un monde, tu y es tout le temps. C'est stimulant et c'est la réalité», dit Sébastien.

Clara L'Heureux-Garcia

Film aux RIDM: Vol de nuit

Âge: 23 ans

Formation: UQAM (cinéma/réalisation)

Films précédents: Rasberry et Première fois (courts métrages durant les études)

Sujets de prédilection: «Peu importe le sujet, j'aime les documentaires qui remettent en question notre manière de regarder et de raconter le monde qui nous entoure. Des oeuvres qui donnent de la visibilité à des enjeux méconnus ou qui souffrent d'une couverture mensongère.»

Pourquoi faire du documentaire: «Pour moi, le documentaire est un bon moyen de tendre le miroir du réel, de dialoguer avec son époque et de mettre en lumière des enjeux qui peuvent toucher les gens.»

Santiago Bertolino

Film aux RIDM: Un journaliste au front (film de clôture)

Âge: 37 ans

Formation: Un an à Concordia et dans la compagnie de son père, le documentariste Daniel Bertolino.

Films précédents: Les illusions du libre-échange et La marche pour la libération de Gaza ou le tourbillon égyptien (courts métrages) et Carré rouge sur fond noir (long métrage)

Sujets de prédilection: «Je m'intéresse aux gens qui essaient de changer les choses.»

Pourquoi faire du documentaire: «Comme je m'intéresse beaucoup aux enjeux sociaux et politiques, je trouve que le documentaire est une bonne manière d'accrocher les gens. Ça peut être ludique tout en approfondissant un sujet.»

Maxime Lacoste-Lebuis et Maude Plante-Husaruk

Film aux RIDM: Le botaniste

Âge: 29 ans (Maude) et 28 ans (Maxime)

Formation: UQAM en design graphique (Maude) et HEC (Maxime)

Film précédent: premier film

Sujets de prédilection: «Je suis photographe-documentariste et Maxime est compositeur, dit Maude. Depuis cinq, six ans, on passe beaucoup de temps en Asie. On s'intéresse beaucoup aux pays de ce continent.»

Pourquoi faire du documentaire: «On découvre de nouvelles réalités et on veut en faire part, dit Maxime. Des fois, on est un peu déçus que les marchés soient peu portés vers l'étranger. L'Iran, par exemple, dans les médias, est constamment traité dans un angle négatif alors que sur le terrain, la situation est tout autre.»

Justine Harbonnier

Film aux RIDM: Andrew Keegan déménage

Âge: 28 ans

Formation: France et UQAM (littérature comparée)

Film précédent: Il y a un ciel magnifique et tu filmes Angèle Bertrand (court métrage)

Sujets de prédilection: «Je m'intéresse aux histoires qui se construisent dans la marge, aux gens qui font le choix d'une vie singulière, alternative.»

Pourquoi faire du documentaire: «Pour moi, le documentaire est avant tout un superbe espace de liberté et d'expérimentation. Je tente de créer un espace où se rencontrent l'imaginaire et le réel, le sensible et le politique. J'aime cette confrontation obligatoire qu'il y a avec le réel.»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer