À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      Ouverture du 38e festival de Toronto avec Julian Assange en vedette

      The Fifth Estate... (Media Films)

      Agrandir

      The Fifth Estate

      Media Films

      Partage

      Partager par courriel
      Taille de police
      Imprimer la page
      Agence France-Presse
      TORONTO

      Le cinquième pouvoir (v.f. de The fifth estate), film controversé sur la genèse du site Wikileaks, a ouvert jeudi soir le 38e Festival du film de Toronto (TIFF), le plus important festival de cinéma d'Amérique du Nord.

      De nombreuses vedettes doivent venir fouler le tapis rouge cette année: Meryl Streep, Colin Firth, Julia Roberts, Kate Winslet et Jennifer Aniston.

      L'acteur britannique Benedict Cumberbatch, qui incarne Julian Assange dans le film, confirme son statut de nouvelle vedette incontournable en présentant deux autres films à Toronto: 12 years a slave de Steve McQueen et August: Osage county avec Meryl Streep et Julia Roberts.

      L'acteur germano-espagnol Daniel Bruhl qui campe Daniel Domscheit-Berg, ex-porte-parole de Wikileaks et ancien bras droit de M. Assange, dont le livre a inspiré le film, foulera encore le tapis rouge pour la première mondiale du dernier film de Ron Howard Rush, sur la rivalité mythique entre les coureurs automobiles Niki Lauda et James Hunt.

      Réalisé par Bill Condon, Le cinquième pouvoir retrace le parcours du fondateur Julian Assange et ce qui l'a conduit en 2010 à la divulgation sans précédent de milliers d'informations sensibles.

      Cette première mondiale a lieu seulement quelques semaines après la condamnation à 35 ans de prison de Bradley Manning, reconnu coupable d'avoir transmis quelque 700 000 documents officiels américains à Wikileaks.

      Julian Assange, toujours réfugié dans l'ambassade équatorienne de Londres, n'a pas pu voir le film, mais il a lu le scénario. En janvier, il qualifiait le film d«'opération massive de propagande» contre Wikileaks dans les colonnes du Guardian, estimant en outre qu'il contenait des scènes sans rapport avec la réalité.

      Pour le directeur artistique du festival Cameron Bailey, «ce film offre une ou plusieurs manières de comprendre Julian Assange et Wikileaks».

      En tout, 366 films, dont 146 premières mondiales, seront présentés au TIFF jusqu'au 15 septembre.

      Parmi les films présentés figure La vie d'Adèle, d'Abdellatif Kechiche, Palme d'or française du dernier Festival de Cannes, qui décrit parfois très crûment une passion brûlante entre deux jeunes femmes.

      Le long métrage, présenté jeudi soir également, arrive à Toronto alors que la tension est vive entre d'une part les deux actrices du film et d'autre part le réalisateur, sur les conditions de tournage du film, chacun enchaînant les déclarations fracassantes.

      Parmi les productions attendues et plus consensuelles figurent encore Mandela: Long Walk to Freedom, une fresque sur la vie du père de l'Afrique du Sud moderne réalisée par Justin Chadwick. Une autre évoquera la liaison cachée de l'écrivain Charles Dickens avec Ralph Fiennes.

      Partager

      publicité

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      publicité

      Autres contenus populaires

      image title
      Fermer