Netflix «toujours bienvenu» à Cannes, affirme Thierry Frémaux

Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.... (Photo AP)

Agrandir

Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Le géant américain Netflix est «toujours le bienvenu» à Cannes, a affirmé jeudi Thierry Frémaux, le délégué général du festival, qui n'a sélectionné cette année aucun film de la plateforme américaine, en compétition ou hors compétition.

La plateforme de streaming a annoncé mercredi qu'elle serait absente du festival de Cannes cette année, à cause de la réglementation exigeant une sortie des films en salles.

«Netflix est toujours le bienvenu à Cannes. Continuons à parler», a lancé M. Fremaux lors de la conférence de presse annonçant la sélection pour le festival, qui débutera le 8 mai.

«Nous avons un dialogue fructueux avec Netflix. Mais tout film concourant doit être ouvert à la distribution en salles. Nous avons fait deux offres pour deux films (produits et/ou distribués par Netflix), l'un en compétition, l'autre hors compétition», a indiqué M. Frémaux, refusant de parler de «polémique».

The Other Side of the Wind, un film inachevé d'Orson Welles, finalisé par Netflix, aurait pu être présenté hors compétition, a souligné M. Frémaux, mais le géant américain a refusé.

Dans un entretien au magazine spécialisé dans l'industrie audiovisuelle Variety publié mercredi, Netflix a expliqué que le festival avait mis en place une nouvelle règle interdisant à tout film sans distribution en salles en France d'être en compétition.

Netflix avait fait scandale l'année dernière à Cannes en refusant de diffuser en salles Okja, qu'il avait produit, pour pouvoir le fournir sans délai à ses abonnés. Il présentait aussi en compétition The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach.

Le nouveau poids lourd de l'audiovisuel mondial a dit être ouvert à une sortie de ses films dans les salles françaises, mais pas à garantir une fenêtre de 36 mois après la sortie avant qu'ils soient disponibles en streaming.

La réglementation française prévoit pour un film: une sortie au cinéma, puis quatre mois après en DVD ou en vidéo à la demande à l'acte (VàD) et, au bout de dix mois, à la télévision. Il ne peut être diffusé sur une plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) que 36 mois après sa sortie.

Cette chronologie des médias est actuellement en discussions pour mieux s'adapter à l'essor du piratage et des plateformes de SVOD comme les Américains Netflix et Amazon.

Un film distribué par Amazon est en revanche en compétition: Cold War de Pawel Pawlikowski, a annoncé M. Frémaux.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer