Oscar: le Canadien Chris Williams croit encore rêver

Roy Conli, Chris Williams et Don Hall prennent la pose... (Photo Invision/Jordan Strauss, AP)

Agrandir

Roy Conli, Chris Williams et Don Hall prennent la pose pour les photographes à la soirée des Oscars.

Photo Invision/Jordan Strauss, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Victoria Ahearn
La Presse Canadienne
TORONTO

Le réalisateur canadien Chris Williams commence tout juste à retrouver la voix.

Quelques jours après sa victoire aux Oscar pour le film d'animation Big Hero 6, il réussit enfin à pouvoir parler de son expérience, qui a inclus une conversation avec John Travolta et Dwayne (The Rock) Johnson et un traitement de vedette de la part de ses admirateurs.

L'artiste originaire de Kitchener, en Ontario, a confié en entrevue téléphonique depuis Los Angeles, mercredi, qu'il avait encore l'impression d'être dans un rêve.

Williams a remporté l'Oscar du meilleur film d'animation, dimanche, en compagnie de son coréalisateur Don Hall et du producteur Roy Conli.

Les autres finalistes de la catégorie incluaient son bon ami Dean DeBlois, originaire d'Aylmer (Gatineau) au Québec, pour How to Train Your Dragon 2 (Dragons 2), et Graham Annable, un Ontarien d'origine, pour The Boxtrolls (Trolls en boîte).

Il s'agissait d'une deuxième nomination aux Oscar pour Chris Williams, après Bolt (Volt) en 2008.

Il raconte avoir «un peu perdu la carte» au moment où le titre de son film a été nommé au gala. Il «est revenu à (lui) en marchant vers la scène.

Au moment où le présentateur Dwayne Johnson l'a accompagné vers les coulisses, il a demandé conseil à Williams sur le doublage prochain du demi-dieu Maui dans le film d'animation de Disney, Moana.

«Il m'a posé des questions sur le processus et voulait des trucs de doublage», a raconté Williams, qui est âgé de 46 ans.

«Je suis un de ses fans depuis l'époque où il faisait de la lutte, j'ai donc aimé partager ce moment avec lui.»

En coulisses, Williams dit avoir «ressenti la puissance du moment» lorsque John Legend et Common ont interprété leur chanson gagnante tirée du film Selma.

Ils ont aussi discuté et pris des photos avec Patricia Arquette, gagnante de l'Oscar de la meilleure actrice de soutien pour Boyhood (Jeunesse). Ils sont devenus amis après s'être croisés plusieurs fois dans différents galas.

«Oh et je suis aussi tombé sur John Travolta en coulisses», a ajouté Williams, soulignant qu'il avait déjà travaillé avec l'acteur sur Bolt.

«Je lui ai parlé du fait que Bolt avait été le premier film tourné par Disney depuis l'arrivée (du directeur artistique) John Lasseter et qu'il avait marqué un virage pour notre studio.»

Après la cérémonie, Williams s'est rendu au bal des gouverneurs, où des admirateurs lui ont demandé s'ils pouvaient se faire photographier avec l'Oscar. Puis, il a assisté à la soirée de Vanity Fair. Il n'avait pas de billet, mais sa statuette dorée lui a permis d'entrer.

«Nous sommes arrivés devant les gardes de sécurité et je leur ai montré mon Oscar et ils m'ont dit ''félicitations et bienvenue!''», s'est-il remémoré.

«Et voilà que nous avons vu Jay Z et Beyoncé et à peu près toutes les autres grandes célébrités.»

Bien qu'il soit rentré à la maison aux petites heures, Williams s'est rendu aux bureaux de Disney le lendemain matin, en compagnie de ses collègues Hall et Conli, pour célébrer avec l'équipe du film et la direction de l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer