• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Les États-Unis ont «perdu leur équilibre», selon Oliver Stone 

Les États-Unis ont «perdu leur équilibre», selon Oliver Stone

Oliver Stone a reçu une distinction appelée «Coeur... (PHOTO AP)

Agrandir

Oliver Stone a reçu une distinction appelée «Coeur d'honneur de Sarajevo» pour son «extraordinaire contribution» au septième art.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sarajevo

Le réalisateur américain Oliver Stone a estimé dimanche, lors du festival du film de Sarajevo, que les États-Unis avaient «perdu leur équilibre» et n'étaient plus conscients de ce que sont «la souffrance et la tragédie de la guerre».

Le cinéaste âgé de 71 ans, primé trois fois aux Oscars (Platoon, Born on the Fourth of July, Midnight Express), s'exprimait à l'occasion de ce festival de cinéma où il a reçu une distinction appelée «Honorary Heart of Sarajevo» («Coeur d'honneur de Sarajevo») pour son «extraordinaire contribution» au septième art.

«Ceux d'entre vous qui connaissez la guerre, il est de votre obligation de faire en sorte que cette nouvelle génération se souvienne de ce que la guerre produit», a t-il déclaré devant un parterre de 3000 spectateurs dans la capitale bosnienne, qui a été assiégée pendant près de quatre ans lors de la sanglante guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995).

Cela est important «spécialement maintenant, à un moment où mon pays a, je le crains, perdu son équilibre, et où il y a une génération de personnes qui ne savent plus ce que sont la douleur et la tragédie de la guerre», a poursuivi Oliver Stone.

«Des choses qui sont stupides et dangereuses sont exprimées publiquement», a-t-il déclaré.

Les déclarations d'Oliver Stone interviennent dans un contexte où le président Donald Trump a répété que les États-Unis étaient prêts à agir militairement contre la menace des programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord. M. Trump a aussi déclaré que Washington n'excluait pas «une option militaire» américaine dans la crise au Venezuela, suscitant une vaste réprobation en Amérique latine.

Donald Trump «parle de la guerre comme si c'était un jeu, mais rappelez-vous qu'avant ce président, notre pays a montré ses muscles pendant 70 ans», a lancé le réalisateur. «C'est très effrayant pour tous dans le monde entier».

Les festivaliers pourront cette année voir à Sarajevo trois longs métrages du réalisateur américain: Snowden, Platoon et Natural Born Killers, en plus de son récent reportage réalisé pour le compte de Showtime, The Putin Interviews.

Créé comme un «acte de résistance» pendant la guerre de Bosnie, le festival du cinéma de Sarajevo attire régulièrement de grands noms du septième art, comme Robert De Niro, Angelina Jolie, Brad Pitt, Juliette Binoche ou Jeremy Irons ces dernières années.

Au total, 235 films de 54 pays doivent être projetés pour cette 23e édition qui s'achèvera le 18 août.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer