À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Vic + Flo ont vu un ours

      Vic + Flo ont vu un ours

      Résumé

      Bénéficiant d'une libération conditionnelle, Victoria Champagne vient s'établir dans l'ancienne cabane à sucre familiale, loin de l'agitation de la ville. Son frère bien intentionné lui cède l'usage des lieux, encore habités par leur vieil oncle grabataire et muet. Victoria est bientôt rejointe par son amante Florence, une Française de vingt ans sa cadette, qu'elle a connue en prison. À chaque deux jours, Guillaume, jeune agent de libération zélé, vient faire son tour, soucieux de favoriser le processus de réinsertion sociale de Victoria. Mais ses visites ne sont pas au goût de la suspicieuse Florence, qui du reste n'est peut-être pas revenue auprès de la sexagénaire bourrue uniquement par amour...

      Cote La Presse

      4/5

      Votre cote 93 votes

      2.7/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Vic + Flo ont vu un ours

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-09-06

      Classement : 13 ans +

      Pays : Canada

      Distributeur : FunFilm

      Date de sortie en DVD : 2014-03-18

      Genre : Drame

      Durée : 95 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Denis Côté

      Montage : Nicolas Roy

      Scénario : Denis Côté

      Production : Stéphanie Morissette,Sylvain Corbeil

      Photographie : Ian Lagarde

      Musique : Mélissa Lavergne

      ACTEURS

      Marie BrassardMarc-André GrondinOlivier AubinPier-Luc FunkRomane BohringerPierrette RobitailleGuy ThauvetteGeorges MolnarRamon CespedesRaoul Fortier-Mercier

      Critique

      Vic + Flo ont vu un ours : un conte cruel remarquable

      Marc-André 
      Marc-André Lussier

      Dans les registres de la Régie du cinéma du Québec, le septième long métrage de Denis Côté est classé dans les drames. Parce qu'il fallait bien le classer quelque part. Du drame, Vic + Flo ont vu un ours en donne à voir.  Beaucoup. Mais pas seulement. L'univers du réalisateur de Curling est trop riche, trop singulier pour se limiter uniquement à cet aspect des choses.

      Le ton est donné dès le départ grâce à une scène où Victoria, une femme «qui aime pas le monde», apprend à un jeune scout trompettiste la souffrance qu'il inflige aux oreilles de ceux qui ont le malheur de se trouver près de lui quand il joue.

      On ne sait pratiquement rien de Victoria (Pierrette Robitaille). Quand elle vient s'installer dans une bicoque retirée dans les bois, on devine pourtant qu'elle revient de loin. De prison en fait. Elle tente de prendre soin du vieil aïeul paralysé et muet son oncle qui habite les lieux. Ponctuellement, son agent de libération conditionnelle (Marc-André Grondin) lui rend visite et tente de faire son travail. Avec, en prime, peut-être, une touche d'humanité.

      Débarque alors Florence (Romane Bohringer). Dont on ne saura pas grand-chose non plus, ni trop comment elle est arrivée là. Quand on fait sa connaissance, on ne fait d'ailleurs que l'entendre puisque les deux femmes sont cachées sous les draps à faire des galipettes ensemble. Quand elles étaient toutes deux incarcérées dans la même cellule, Vic et Flo, qu'au moins 20 ans séparent, ont été amoureuses.

      Rythmé au son d'une musique tribale, ce conte bascule progressivement vers le réalisme fantastique. Côté insère des éléments perturbateurs dont on devine bien qu'ils contribueront à rendre le dénouement peu aimable.

      Le monde duquel les deux femmes tentent de s'extirper les rattrape bien sûr. Car les gens qui peuplent leur monde n'ont pas toujours de nobles intentions. L'auteur-cinéaste en profite alors pour moduler ses atmosphères de façon hallucinante. Surtout, il s'éloigne des clichés du genre en faisant écho à des pulsions violentes injustifiées et inexpliquées. Il n'y aura pas de rédemption ici. Que des personnages pris au piège d'une manière circonstancielle. Parce que c'était elles, parce que c'était eux.

      À Berlin, où il a obtenu le prestigieux Ours d'argent Alfred-Bauer (remis au film le plus novateur), Côté a déclaré vouloir aller à l'encontre de la gentillesse proverbiale qu'on retrouve dans les films québécois, où même les personnages «méchants» ont toujours l'occasion de se racheter. Pas ici. Du coup, son film en devient plus surprenant encore. Et plus puissant.

      Dans ce conte cruel, Pierrette Robitaille est, c'est drôle à dire, une «révélation». Elle offre ici une composition remarquable. Son jeu dépouillé, très sobre, est tissé du «vécu» d'une femme revenue de tout.

      Indéniablement, Vic + Flo ont vu un ours laisse une forte impression. Voilà un Côté du meilleur cru.

      * * * *

      Vic + Flo ont vu un ours. Drame de Denis Côté. Avec Pierrette Robitaille, Romane Bohringer, Marc-André Grondin. 1h35.

      Vic + Flo ont vu un ours: la femme qui a vu la femme qui...

      Éric 
      Éric Moreault

      Denis Côté n'a pas fait mentir sa réputation d'enfant chéri des festivals. Vic + Flo ont vu un ours, au titre prédestiné, a remporté l'Ours d'argent de l'innovation à la 63e Berlinale, où il a été présenté en primeur mondiale. Pourtant, son septième long métrage est peut-être le plus accessible. Il n'en est pas moins exigeant et inventif, marqué par le désir de son auteur de se libérer du réel et d'offrir la liberté au cinéphile.

      Curieux paradoxe quand on parle de liberté, Côté (Bestiaire,Curling) met en scène deux femmes qui sortent de prison. Victoire (Pierrette Robitaille, méconnaissable) est en libération conditionnelle, Florence (Romane Bohringer) a terminé de purger sa peine. Elles vivent dans une ancienne cabane à sucre, pas loin d'un bled perdu.

      De prime abord, tout oppose Vic et Flo : leur grande différence d'âge - la première a 63 ans, la deuxième, la quarantaine - et leurs traits de caractère, tout comme le fait que l'une est Québécoise et l'autre, Française. Pourtant, leur relation est bâtie sur une tendre complicité (tant chez les personnages atypiques que chez les actrices).

      Le couple a néanmoins une liberté limitée, puisque Vic est soumise aux contraintes de sa liberté surveillée, incarnée par Guillaume (Marc-André Grondin), son agent de libération conditionnelle. Qui plus est, le refus phobique de l'ex-taularde d'entrer en contact avec les gens fait en sorte que leur domicile devient une seconde prison, aux barreaux invisibles, certes, mais néanmoins réelle.

      Ce refus des contraintes sociales va tout de même rencontrer ses limites lorsque Vic et Flo vont être rappelées à l'ordre par la mystérieuse et inquiétante Jackie/Marina (Marie Brassard), une incarnation du mal à l'état pur.

      Denis Côté livre alors une surprenante finale d'autant plus insoutenable qu'elle est en rupture presque totale avec ce qui précède (si on fait exception d'un bref épisode). Ce qui ne l'empêche pas moins d'être totalement réussie et de nous laisser sidérés. L'ours - métaphorique - de Vic et Flo est une bête sauvage et cruelle.

      Car il va de cette fin comme du reste du film. Le chef de file du renouveau du cinéma québécois adopte une facture réaliste, mais les situations sont souvent surréalistes. La grande habileté de Côté réside dans sa capacité à nous les faire accepter comme telles. Avec très peu de moyens. En réalisateur hors norme, le cinéaste préfère laisser parler les images plutôt que les mots.

      Quand ceux-ci sont vraiment nécessaires, dans une langue râpeuse mais authentique, il adopte souvent un parti-pris de minimalisme, utilisant des longs plans fixes (ou presque). D'ailleurs, Côté préconise un cinéma à la Von Trier et à la Vinterberg. Une simplicité volontaire où on tourne en extérieurs, avec la lumière et le son ambiants, sans artifice...

      Ce qui n'empêche pas, au contraire, Denis Côté de faire un cinéma brillant qui, dans son refus de se plaquer bêtement au réel, offre plus de véracité et d'authenticité que la moyenne des ours.

      Au générique

      Cote: *** 1/2

      TitreVic + Flo ont vu un ours

      Genre: drame

      Réalisateur: Denis Côté

      Acteurs: Pierrette Robitaille, Romane Bohringer, Marc-André Grondin et Marie Brassard

      Salles: Clap et Lido

      Classement: 13 ans et plus

      Durée: 1h35

      On aime: l'approche directe, l'implacable finale

      On n'aime pas: -

      publicité

      Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (0)

      Commenter cet article »

      À vous de lancer la discussion!

      Soyez la première personne à commenter cet article.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires