En DVD

Saisir l'instant

Not Fade Away

Résumé

New Jersey, les années 1960. Aux prises avec un père conservateur et une mère dépressive, Doug, un jeune Italo-Américain, s'évade dans le rock'n'roll. Sa passion pour ce style de musique et ses aptitudes à la batterie l'amènent à fonder un groupe avec ses amis Gene et Wells. En reprenant les succès des Rolling Stones, des Kinks et de divers bluesmen américains, la formation obtient une certaine renommée auprès des jeunes de leur petite ville. Et grâce à son nouveau look, le malingre Doug attire l'attention de la belle Grace Dietz, issue d'un milieu privilégié. Encouragé par la jeune fille, qui devient sa compagne, le batteur s'impose comme le nouveau chanteur du groupe, surclassant Gene, dont les frasques embarrassent de plus en plus les autres musiciens. Mais le succès n'est pas pour autant assuré.

Cote La Presse

3.5/5

Votre cote 1 vote

4/5

Fermer X

Bande-annonce de Saisir l'instant

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2013-01-04

Classement : Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Pays : États-Unis

Distributeur : Paramount

Date de sortie en DVD : 2013-04-30

Genre : Drame

Durée : 112 min.

Année : 2012

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : David Chase

Montage : Sidney Wolinsky

Scénario : David Chase

Photographie : Eigil Bryld

ACTEURS

Christopher McDonaldJames GandolfiniJohn MagaroBella HeathcoteJack HustonWill BrillDominique McElligottMolly PriceMeg Guzulescu

Critique

Not Fade Away:  les années 60 comme si vous y étiez

Sonia 
Sonia Sarfati

Cinq ans après la fin de son aventure avec The Sopranos, David Chase nous arrive avec Not Fade Away, son premier long métrage, qu'il a écrit et réalisé. Un film à petit budget, intime, qui ne révolutionnera pas le cinéma comme sa série l'a fait avec la télévision, mais qui se distingue par son point de vue sur les années 60 - il n'est pas simplement un «autre» film sur cette décennie marquée par les mouvements sociaux, politiques et culturels. 

Bref, tous les Américains n'ont pas participé à Woodstock ou aux manifestations contre la guerre du Viêtnam. Mais tous étaient «présents» à distance, grâce à la radio et à la télévision. Celles-ci s'entendent sous le toit où vit Douglas (John Magaro, convaincant... et pas seulement parce qu'il ressemble de façon troublante à un jeune Bob Dylan), dans une petite ville du New Jersey. David Chase retourne en effet au territoire qu'il a exploré avec The Sopranos, et où il a grandi - ce qui insuffle à son film une connotation vaguement autobiographique. D'autant plus que, comme lui, Douglas joue de la batterie dans un groupe qu'il a formé avec ses amis (Jack Huston et Will Brill). Ils rêvent de devenir les Rolling Stones ou les Beatles américains (nous sommes en pleine invasion musicale britannique). 

Ce rêve attire sur Douglas, si timide, les regards de Grace (Bella Heathcote, aussi belle qu'excellente), mais aussi les foudres de son père, Pat, col bleu qui ne voit pas d'un bon oeil les ambitions artistiques de son fils. Pour incarner ce paternel aux origines italiennes, Tony Soprano lui-même, James Gandolfini. Les scènes qui l'opposent à John Magaro sont extrêmement bien écrites et interprétées. Elles sont le coeur de cette histoire portée par une trame sonore du tonnerre. On sent là le travail de Steven Van Zandt (du E Street Band et des Sopranos), qui a agi comme producteur exécutif et directeur musical du film. Il a donc encadré les trois jeunes acteurs qui, au départ, n'étaient ni musiciens ni rockers.

Cette «virginité» sert bien leur performance dans cette histoire qui sort des sentiers battus en ne se penchant pas sur la formation, la découverte, l'ascension, la chute et la (possible) rédemption d'une formation musicale, mais sur le rôle formateur que la musique a eu sur une génération. Et sur ce qui attendait - attend et attendra - la plupart de ces groupes: rien. 

Sauf que Douglas, ses copains - et leurs semblables - ne sortent pas perdants de l'expérience. Les «avant-dernières» images de Not Fade Away parlent très fort en ce sens. Quant aux dernières secondes du film, David Chase y appose le même genre de signature qu'à l'ultime moment de The Sopranos. Bref, on aimera ou pas. Mais on en discutera.

____________________

Drame de David Chase. Avec John Magaro, James Gandolfini, Bella Heathcote. 1h52.

*** 1/2

publicité

Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires