À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Holy Motors

      Holy Motors

      Résumé

      Au petit matin, un vieil homme, Monsieur Oscar, émerge d'une villa en forme de paquebot et monte dans une longue limousine blanche équipée comme une loge de théâtre. Céline, sa chauffeure, lui apprend qu'il a neuf rendez-vous à Paris dans la journée, et que les instructions pour le premier sont posées sur la banquette à côté de lui. Quelques minutes plus tard, Oscar sort du véhicule déguisé en vieille femme rom et s'en va mendier sur le pont Alexandre III. Son rendez-vous suivant le conduit dans un studio de cinéma où, moulé dans une combinaison munie de capteurs de mouvements, il simule avec une collègue pareillement vêtue un combat répercuté en animation sur l'écran. Le protocole des rendez-vous se répète ainsi jusqu'à la nuit, avant laquelle Monsieur Oscar jouera un monstre des égouts, un vieillard mourant, un père de famille cruel, etc. Chemin faisant, il croisera aussi, devant le grand magasin La Samaritaine, une consoeur actrice dont il a été autrefois follement amoureux.

      Cote La Presse

      3/5

      Votre cote 21 votes

      4.1/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Holy Motors

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2012-10-05

      Classement : 13 ans +

      Pays : France

      Distributeur : Métropole Films Distribution

      Date de sortie en DVD : 2013-02-19

      Genre : Drame

      Durée : 115 min.

      Année : 2012

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Léos Carax

      Montage : Nelly Quettier

      Scénario : Léos Carax

      Photographie : Caroline Champetier,Yves Cape

      ACTEURS

      Eva MendesDenis LavantÉdith ScobKylie MinogueJeanne DissonÉlise LhomeauMichel PiccoliLéos CaraxNastya Golubeva CaraxReda Oumouzoune

      Critique

      Holy Motors : ça mérite d'être vécu...

      Marc-André 
      Marc-André Lussier

      Pour apprécier le très déroutant Holy Motors, mieux vaut d'abord l'approcher sous l'angle du cinéma. C'est d'ailleurs ce que semble indiquer Leos Carax lui-même en apparaissant dans la toute première scène de son nouveau film, comme sorti au beau milieu d'un songe pour se retrouver à l'arrière d'une salle remplie de spectateurs captifs.

      Très vite, le relais est passé à Denis Lavant, acteur fétiche du cinéaste, complice depuis 30 ans, présent dans trois des quatre longs métrages que le cinéaste «maudit» a réalisés depuis Boy Meets Girl.

      Lavant incarne ici une dizaine de facettes d'un même personnage, nommé monsieur Oscar. Au milieu d'un récit éclaté, duquel il est bien difficile de tirer une trame narrative distincte, monsieur Oscar se fait tour à tour homme d'affaires, vieillard malade, père de famille, mendiant, monstre. Une seule constante dans sa vie: la limousine dans laquelle il trimballe ses dégâts intérieurs est toujours conduite par le même chauffeur, une dame élégante prénommée Céline (formidable Édith Scob).

      À travers leurs errances, Carax orchestre des «moments». Qui empruntent parfois la forme de fulgurances visuelles. Qu'il plonge ses personnages dans un monde virtuel, qu'il transforme Lavant en gnome difforme kidnappant une Eva Mendes dont la robe de mannequin devient burqa, ou qu'il compose un plan-séquence vertigineux en épousant la frénésie d'une bande d'accordéonistes, l'auteur cinéaste parvient à marquer les esprits à sa façon.

      S'il est traversé par certains traits de génie, Holy Motors n'est pourtant pas le chef-d'oeuvre absolu qu'a annoncé une certaine presse française. Heureuse de réhabiliter enfin le cinéaste, dont le long métrage précédent, Pola X (jamais distribué en salle au Québec), fut traîné dans la boue il y a 13 ans, la critique hexagonale s'est enthousiasmée sans réserve plus tôt cette année au Festival de Cannes. Elle a même réclamé à cor et à cri une Palme d'or pour celui qui a défini le cinéma des années 80 grâce à Mauvais sang.

      Il se trouve pourtant qu'à l'arrivée, Holy Motors est une suite de scènes impressionnistes disparates, certaines mieux réussies que d'autres, qui intrigueront le spectateur en quête d'originalité, le fascineront et l'agaceront à la fois.

      À noter l'utilisation de la musique de tous genres, de Chostakovitch à Kylie Minogue (une chanson originale de Neil Hannon), en passant par les Sparks et, surtout, la sublime chanson de Gérard Manset Revivre. Rien que pour ça, l'expérience cinématographique à laquelle nous invite Carax vaut la peine d'être vécue.


      * * *
      HOLY MOTORS. Essai dramatique de Leos Carax. Avec Denis Lavant, Édith Scob, Eva Mendes, Kylie Minogue. 1h55.

      Holy Motors: méchant bazar

      Normand 
      Normand Provencher

      Il s'agit de l'un des films les plus bizarroïdes de l'année. Treize ans après Polax X, de sinistre mémoire, le controversé cinéaste français Leos Carax propose avec Holy Motors une expérience cinématographique qui fascine, déroute, étonne, ennuie, contrarie et dégoûte, tout à la fois.

      Holy Motors relate une nuit bien remplie dans la vie d'un certain Monsieur Oscar (Denis Lavant, acteur fétiche de Carax). Roulant dans Paris dans une limousine qui fait office de loge de maquillage, avec sa fidèle collaboratrice au volant (Edith Scob), l'homme d'affaires empruntera successivement l'apparence d'une série de personnages : mendiante, meurtrier, créature monstrueuse, accordéoniste, vieillard mourant, acteur spécialisé dans la motion capture, homme au foyer...

      Le spectateur passe d'un personnage à un autre, sans guide d'instructions. Le plus sidérant étant Monsieur Merde, un type repoussant qui habite les égouts parisiens, où il séquestre une mannequin (Eva Mendes).

      Weirdo, vous dites? Et vous n'avez rien vu. Le dernier sketch, simiesque à souhait, laisse pantois...

      Le moins qu'on puisse dire, c'est que Carax a le sens de l'image et de l'innovation. La séquence où Lavant se présente le corps recouvert de capteurs blancs, sur fond d'écran vert, est absolument fascinante. Surtout le coït auquel il se livre avec une femme qui, lentement, se transforme en créature virtuelle.

      De la même façon, comment ne pas être séduit par la scène tournée dans les décors désaffectés du grand magasin La Samaritaine. Kyle Minogue interprète la chanson Who Were We? sur une terrasse surplombant le Pont-Neuf, clin d'oeil au film maudit de Carax, Les amants du Pont-Neuf.

      Audace rare

      Au dernier Festival de Cannes, où le film de Carax était présenté en compétition officielle, plusieurs ont crié au génie. Au final, Holy Motors a été ignoré au palmarès. On l'aurait bien vu remporter un prix, ne serait-ce que pour saluer son audace, une denrée rare de nos jours au septième art.

      * * *
      Holy Motors. Genre: essai dramatique. Réalisateur: Leos Carax. Acteurs: Denis Lavant, Édith Scob, Kylie Minogue, Eva Mendes, Élise Lhomeau, Jeanne Disson et Michel Piccoli. Classement: 13 ans. Durée: 1h55.

      On aime: l'audace de la proposition, Denis Lavant en acteur de capture de mouvements (motion capture), la séquence au magasin La Samaritaine.

      On n'aime pas: des bouts qui nous échappent complètement, le personnage de Monsieur Merde.

      publicité

      Commentaires ( 1 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (1)

      Commenter cet article »

      • Ce film vous emmerdera si apres les 15 premieres minutes vous essayer toujours de comprendre. Il n'y a rien a comprendre, ce film est, et fut il sera. Un classique instantanee qui sera visionner par quiconque pense devenir cineaste un jour.
        Mr. Merde est mon segment favoris, avec la dernier segment de sa longue journee. Je trouve Mr Merde totalement eblouissant et ensorcellant. Sa demarche et son comportement son intriguant et provocant. Denis Lavant remporte ici l'Oscar du meilleur acteur dans mon coeur tant il est excellent.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires