À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

     
    ou
    Fermer X

    Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

    Suggestions:
    1- Vérifiez l'orthographe
    2- Entrez un code postal
    3- Entrez le nom d'une ville
    4- Entrez une adresse

     

    Le Fils béni

    Fortunate Son

    Résumé

    Après une absence de dix ans, Tony Asimakopoulos revient s'établir à Montréal où les problèmes qui l'avaient forcé à partir refont surface, à savoir le climat de discorde perpétuelle dans lequel vivent ses parents d'origine grecque, ainsi que l'amour oppressant de sa mère. Afin d'exorciser ses démons, il fait d'eux le sujet d'une sorte de journal filmé, tourné avec la complicité de sa conjointe Nathalie. Au fil des mois, le projet prend de plus en plus de place.

    Cote La Presse

    3/5

    Votre cote 9 votes

    3.4/5

    Fermer X

    Bande-annonce de Le Fils béni

    Vous avez vu le film?
    Faites-nous part de vos commentaires

    COTEZ CE FILM

    Légende

    • 5 etoile - exceptionnel
    • 4 etoile - Très bon
    • 3 etoile - Bon
    • 2 etoile - Passable
    • 1 etoile - À éviter

    DÉTAILS

    Date de sortie : n.d.

    Classement : Général

    Pays : Canada

    Distributeur : EyeSteelFilm

    Date de sortie en DVD : n.d.

    Genre : Film d'essai

    Durée : 78 min.

    Année : 2011

    Site officiel

    GÉNÉRIQUE

    Réalisation : Tony Asimakopoulos

    Montage : Tony Asimakopoulos

    Photographie : Tony Asimakopoulos

    Musique : Philip Karneef

    ACTEURS

    Critique

    Fortunate Son : regards croisés

    Philippe Renaud

    Le premier documentaire du Montréalais Tony Asimakopoulos, Fortunate Son, est un film audacieux avec lequel le réalisateur ose diriger sa lentille sur les liens intimes qu’il entretient avec sa famille.

    Un film comme un livre grand ouvert sur cette famille montréalaise aux racines grecques que le réalisateur a quittée il y a plus de dix ans pour aller se perdre dans les drogues dures. Imaginez l’inquiétude de ces parents n’ayant plus de nouvelles de leur fils unique. Fortunate Son débute symboliquement avec le retour de Tony chez ses parents, qu’il s’applique à nous présenter avec une candeur qui confère toute la poésie à son oeuvre.

    Lorsque le cinéaste donne la parole à ses proches, c’est constamment pour nous en apprendre un peu plus sur ses propres tourments. Au moment du tournage, la dépendance aux drogues et à l’alcool est chose du passé, mais ses angoisses existentielles demeurent. Il vit avec Natalie, dernier personnage principal de ce documentaire autobiographique et surtout pierre d’assise du clan Asimakopoulos.

    Une fois les présentations terminées pendant le premier tiers du film, le réalisateur nous fait vivre un voyage en Grèce où remonteront à la surface les dissensions qui persistent dans les relations père-mère, parents-enfants, et futurs époux. De retour à Montréal, le réalisateur s’éloigne de lui-même, sujet principal du film, pour se préoccuper du père malade, puis d’une Natalie exaspérée par son futur mari, et enfin, du mariage réussi qui viendra clore le film sur une note d’espoir.

    La caméra de proximité de Tony Asimakopoulos capte des images sans pudeur de cette attachante famille, exposée de telle manière que chaque plan, chaque scène, contribue à notre compréhension des différentes relations entre ses membres. Ce faisant, le réalisateur réussit à nous raconter une histoire personnelle tout en s’affranchissant de la sienne afin de pouvoir envisager l’avenir.

    ____________________________________________________________________
    * * *
    Documentaire de Tony Asimakopoulos. 1 h 18.

    publicité

    publicité

    10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

    Critiques >

    publicité

    publicité

    la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

    publicité

    Autres contenus populaires