Angèle Dubeau: la couleur de la guérison

Angèle Dubeau a reçu des centaines de messages... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Angèle Dubeau a reçu des centaines de messages de soutien et d'encouragement. «C'était le meilleur remède que je pouvais avoir!», dit-elle.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Caroline Rodgers
La Presse

Angèle Dubeau revient de loin, mais elle revient en force. Après s'être fait diagnostiquer un cancer du sein il y a un an, elle annonçait sa rémission en août dernier. Elle lance cette semaine Blanc, un disque qui raconte son histoire en musique.

«Quand j'ai appris la nouvelle et que je me suis retirée pour me refaire une santé, j'ai reçu des centaines de messages de soutien et d'encouragement, dit-elle. C'était le meilleur remède que je pouvais avoir! De nombreuses femmes qui étaient passées par là me disaient que ma musique les avait aidées à traverser ces moments difficiles. Beaucoup me demandaient si j'allais exprimer ce que je vivais en musique. C'est ce qui m'a donné l'idée de ce disque.»

Avant de souffrir d'un cancer, la violoniste savait très bien que la musique peut traduire toutes les émotions humaines. Mais la maladie lui a permis de vivre sa relation avec la musique sur un mode qu'elle n'avait jamais connu auparavant.

«C'était comme une amie très proche dans la tourmente, une source de réconfort, de quiétude et d'évasion. Parfois, je vivais trop d'émotions et je sentais que j'aurais eu besoin de pleurer un bon coup. Je choisissais alors ce que j'écoutais exprès pour déclencher les larmes! Du Ennio Morricone, ça fait très bien l'affaire.»

Raconter une histoire

Pour trouver le fil conducteur de Blanc, elle s'est inspirée des couleurs et des textures qu'elle aime créer avec son violon pour exprimer des idées et des sentiments.

«Pour moi, le blanc est la couleur de la guérison, de la santé, de la sérénité; c'est aussi la lumière. Alors j'ai cherché des musiques qui exprimaient cette couleur et cette lumière. Je ne pouvais plus donner de concerts. J'avais du temps devant moi, et je me suis mise à fouiller pour dénicher des pièces qui m'interpellaient. Jamais je n'avais raconté une histoire comme ça en musique et mis autant mes émotions dans la balance pour faire le choix des pièces.»

Blanc, c'est le récit des étapes traversées par la musicienne tout au long de son combat: inquiétude, colère, tristesse, mais aussi bonheur et espoir.

«Je suis allée chercher des oeuvres fortes et assez évocatrices pour dépeindre ces sentiments. Comme toute personne qui reçoit un choc, j'ai traversé toutes ces phases. À un moment donné, c'est la guerrière qui est ressortie! Mais je ne veux surtout pas banaliser le cancer, car j'ai eu la chance énorme que le mien a été détecté très tôt.»

Transformation

Angèle Dubeau déborde aujourd'hui de santé et d'énergie, mais une épreuve comme le cancer laisse forcément des traces, même pour une battante comme elle!

«Cette expérience, j'aurais mieux aimé m'en passer, mais ça m'a aussi transformée, dit-elle. On ne peut pas passer à travers une chose pareille sans changer. La musicienne que je suis joue aujourd'hui avec ce nouveau bagage. J'en ressors grandie.»

Elle désire maintenant contribuer comme elle le peut à la lutte contre le cancer. Pour chaque album Blanc vendu, 2$ seront versés à la Fondation du cancer du sein du Québec. Mais ce n'est pas tout: elle compte profiter d'une tournée de la province, l'automne prochain, pour sensibiliser les femmes à l'importance du dépistage.

«Nous sommes en train de réfléchir, avec la Fondation, à la façon dont on va passer le message. Je suis un exemple que l'on peut vaincre le cancer s'il est pris à temps, mais, malheureusement, trop de femmes négligent le dépistage. J'espère pouvoir donner ce petit coup de main.»

CLASSIQUE

Angèle Dubeau et La Pietà

Blanc

Analekta




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer