Luc De Larochellière: faire percer la lumière

Luc De Larochellière est de retour avec Autre monde, 11e opus... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Luc De Larochellière est de retour avec Autre monde, 11e opus d'une carrière qui dure depuis 30 ans.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

«Il y a plein d'albums qui sortent, plein de monde qui écrit des chansons. Je me suis dit: "Est-ce que ça vaut la peine que j'en mette un autre sur la pile?"»

C'est la question que s'est posée Luc De Larochellière avant de se lancer dans la production d'Autre monde, 11e opus d'une carrière qui dure depuis 30 ans. En observant «la montée de la droite partout dans le monde, le populisme à la Trump et à la Rob Ford, les discours haineux et les attaques directes contre la culture et la science», le chanteur de 50 ans a conclu que ce qu'il avait à dire était pertinent et méritait d'entre entendu.

«La lumière est attaquée ces temps-ci et j'ai eu envie d'arriver avec un autre discours. C'est un album du temps qu'on vit, un temps sombre où la lumière essaie de percer.»

Le chroniqueur social qu'il a toujours été depuis Amère America - qu'il a écrite, rappelons-le, à l'âge de 19 ans! - est donc de retour. Le voilà qui dénonce, par exemple, la prolifération des armes à feu dans Suicide américain. «Une société qui laisse mourir ses enfants au nom d'un amendement qui est vu comme parole d'évangile, pour moi ça veut dire qu'on est rendus dans le domaine du suicide.» Ou qui oppose le rêve à l'obscurantisme dans Pelleteurs de nuages. «Cette expression est une insulte, mais dans ma chanson, c'est le contraire. On a besoin d'eux, ce sont eux qui font avancer la beauté du monde.»

Ce nouveau disque est aussi traversé par les interrogations existentielles du chanteur. Des chansons comme Voyageurs et D'état en état résument un peu sa pensée «philosophico-spirituelle», dit-il en souriant. «À mon humble avis, on n'est pas là pour rien. On est là pour vivre ce voyage, qui est fait de toutes nos expériences.»

Autre monde de Luc De Larochellière... (PHOTO FOURNIE PAR LES DISQUES VICTOIRE) - image 2.0

Agrandir

Autre monde de Luc De Larochellière

PHOTO FOURNIE PAR LES DISQUES VICTOIRE

Chercheur de sens

À travers ce voyage qu'est Autre monde, Luc De Larochellière prouve qu'il reste un brillant artisan de la chanson - il avait d'ailleurs remporté le Félix d'auteur ou compositeur de l'année en 2010 pour son précédent disque solo, Un toi dans ma tête. Celui qui rêvait de devenir guitariste, mais qui a rapidement compris qu'il ne serait «jamais aussi bon» qu'il l'aurait voulu, manie toujours aussi bien les mots.

«Il y a déjà une musique dans la langue, et j'essaie d'aller la chercher en jouant avec les rimes, les répétitions de sons. C'est là, parfois, que le sens apparaît.»

Un sens porté par sa voix grave et modulée, capable de mélancolie comme de hargne revendicatrice et grandement mise de l'avant. «C'est ce que je voulais. J'ai beaucoup écouté les enregistrements guitare-voix de mes chansons en marchant avec mes écouteurs. J'ai eu envie de garder cette impression, comme si je me chantais mes propres tounes dans mes oreilles. Même si c'est orchestré, j'ai voulu garder ce ton, j'aimais ce son dry.»

Philippe Brault (Pierre Lapointe, Safia Nolin, Koriass) a été le réalisateur d'Autre monde, pour ce premier disque que Luc De Larochellière fabrique sans son complice de toujours, Marc Pérusse. «Marc et moi, on a essayé plein de choses ensemble. Mes derniers disques, dont Un toi dans ma tête et celui que j'ai fait avec Andréa Lindsay, C'est d'l'amour ou c'est comme, ont été mes meilleurs, selon moi. Mais après, on fait quoi? Ne pouvant me changer moi-même, j'ai changé de réalisateur. Philippe a la réputation d'être très adaptable, très attentif aux artistes. Et il a bien compris ce que j'avais en tête.»

Un quatuor à cordes pour donner un effet cinématographique et classique aux chansons, une rythmique qui donne une touche moderne et actuelle, le résultat est à la hauteur de ses espérances. «Ça nourrit l'atmosphère des chansons.» Une atmosphère chargée d'émotions, car même si Autre monde comporte plusieurs pièces up-tempo, on en ressort avec un certain vague à l'âme.

Son but n'était pas de nous faire pleurer, comme ce fut le cas avec l'émouvant Un toi dans ma tête, mais certainement de nous toucher, admet Luc De Larochellière. «J'aime bien la chanson Utile de Julien Clerc, écrite par Étienne Roda-Gil, qui dit: "À quoi sert une chanson, si elle est désarmée, je voudrais être utile, à vivre ou à rêver"... C'est ce que j'espère. Il y a beaucoup de choses qui tirent à blanc de nos jours. Moi, je ne veux pas tirer à blanc. Je veux servir à quelque chose, faire rêver, faire réfléchir des fois, faire sortir les mottons qui sont pognés... J'ai envie que les gens soient inspirés et qu'ils aient envie de créer eux aussi.»

_________________________________________________________________________

CHANSON. Autre monde. Luc De Larochellière. Les disques Victoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer