Miley fait son cirque au Centre Bell

  • Miley Cyrus est connue pour ses frasques depuis les derniers American Music Awards. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Miley Cyrus est connue pour ses frasques depuis les derniers American Music Awards.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 1 / 5
  •  (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 2 / 5
  •  (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 3 / 5
  •  (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 4 / 5
  •  (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Elle a twerké ses fesses face aux spectateurs, s'est caressé l'entrejambe et a craché de l'eau sur le public du Centre Bell. Et il en redemandait!

Descendant une langue géante sortant d'un grand écran diffusant son visage, la chanteuse a rejoint sur scène ses mascottes en peluche, évoquant plus la communauté Furry aux pratiques sexuelles décalées que les nounours de son enfance. Entourée d'une danseuse de petite taille et d'une autre mesurant 2 mètres, elle a d'abord entonné SMS (Bangerz) et 4x4. Tout est dans l'excès pour Miley qui désire faire de chacun de ses concerts un décadent party.

Connue pour ses frasques depuis les derniers American Music Awards, la chanteuse a ensuite été à la hauteur de sa réputation avec Love Money Party. Pendentif, lunettes et justaucorps échancré aux couleurs de feuilles de marijuana, Miley est apparue sur scène assise sur le capot d'un mini 4x4 doré, jambes écartées, se caressant et twerkant à quatre pattes sur son véhicule avant de glisser des billets de banque dans son entrejambe.

«Thank you for loving my bullshit», a-t-elle dit en remerciant le public du Centre Bell à qui elle s'adresse avec naturel tout au long du concert.

On ne peut que saluer le talent vocal de la jeune femme qui brille en chantant Darling, Maybe You're Right et Fu, des balades qu'elle interprète dans une robe rouge à paillette empruntée à Jessica Rabbit.

Mais c'est malgré tout la démesure de Miley qu'on retiendra le plus samedi soir au Centre Bell. Après un immense lit gonflable, c'est un husky géant de huit mètres qui a pris place au centre de la scène pour Can't Be Tamed.

Sur la magnifique balade Adore You, Miley a ensuite invité les 17 024 spectateurs à s'embrasser au passage de la caméra. Étant donné que près 80 % du public était constitué de jeunes filles de moins de 18 ans, on vous laisse imaginer la scène!

Dans la seconde partie de son spectacle, Miley Cyrus est apparue sur une petite scène aménagée à l'autre bout du Centre Bell. Habillée sobrement avec une robe «empruntée à sa mère» d'ailleurs présente en coulisse, la chanteuse a entamé un tour de chant surprenant, détonnant complètement avec le reste du concert. Sorte de mini concert acoustique où elle a interprété du Bob Dylan, Lana Del Rey, Coldplay et même Joline de sa marraine Dolly Parton. Une talentueuse gamine provocatrice dont les racines country ne sont jamais très loin, à notre grand bonheur.

Le calme avant la tempête. De retour avec le succès 23, c'est repartit pour une longue séance de twerking qui se poursuivra sur On My Own et Someone Else avant que la chanteuse ne s'envoie en l'air sur un hot-dog géant pour quitter la scène. Le Centre Bell a parfois pris des allures de clubs de danseuses!

Miley Cyrus ne réinvente pas la roue avec sa tournée Bangerz et n'est sûrement pas la première à utiliser la sexualité dans ses spectacles. Mais à la différence des Madonna ou Britney Spears, elle le fait à la manière d'un vidéoclip de rappeur de mauvais goût.

En rappel, Miley a choisi d'offrir aux spectateurs les incontournables We can't Stop et Wrecking Ball pendant lesquelles elle a longuement tripoté les faux mamelons en plastique qu'elle portait. Toujours aussi subtile.

La chanteuse a offert une finale avec feux d'artifice et confettis sur Party in the USA, portant un justaucorps à paillettes aux couleurs du drapeau américain, une perruque blonde, un chapeau de cowboy et des fausses dents.

Samedi soir, Miley avait surtout l'air d'une gamine déguisée qui avait envie de s'amuser, et elle a fait de la scène son terrain de jeu. La jeune chanteuse de 21 ans a été capable de la plus grande vulgarité, mais aussi d'une belle simplicité.

Un paradoxe nommé Miley.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un malaise nommé Miley

    Musique

    Un malaise nommé Miley

    Depuis sa séance de «twerking» aux Video Music Awards, Miley Cyrus est devenue l'incarnation en chair et en latex de la devise: «Parlez de moi en... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer