Ce Paradis n'a rien d'artificel! ****

Recto Verso, de Paradis... (Image fournie par Universal)

Agrandir

Recto Verso, de Paradis

Image fournie par Universal

La PresseAlain Brunet 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Simon Meny et Pierre Rousseau sont les descendants directs ou indirects d'Étienne Daho, Alain Chamfort, mais aussi des Pet Shop Boys de l'autre côté de la Manche, plus récemment Hot Chip et autres pointures.

Esthétiquement, on peut leur trouver d'autres relations extra-hexagonales, la liste serait trop longue pour ici la dresser. Entre autres collaborations, ils sont les remixeurs électros de Flavien Berger, on ne peut qu'approuver l'accointance.

Férus de house, de disco-funk à la française ou même de dream-pop, ces jeunes hommes au profil délicat bricolent des grooves épidermiques, riches en textures, harmoniquement solides, absolument contagieux.

Sur ces grooves, ils couchent mots élégants, mélodies voluptueuses, voix douces et haut perchées. Leurs allégeances internationales ne désamorcent en rien leurs racines profondes, cette façon de faire ne peut être autre que française.

Qui plus est, le tandem réalise l'exploit de concocter une pop électronique transgénérationnelle, vu l'intégration exemplaire de ces multiples référents d'hier et d'aujourd'hui.

Nonobstant cette propension aux fréquences de synthèse, ce Paradis n'a rien d'artificiel!

* * * *

HOUSE, SYNTH POP FRANÇAISE. Paradis. Recto-Verso. Universal.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer