Yoko Ono reconnue coauteure d'Imagine

Sean Lennon et sa mère Yoko Ono (assise)... (Photo tirée de la page Facebook)

Agrandir

Sean Lennon et sa mère Yoko Ono (assise) en compagnie de Patti Smith et sa fille Jesse qui ont interprété Imagine lors de la cérémonie.

Photo tirée de la page Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Près d'un demi-siècle après la sortie de la célèbre chanson de John Lennon Imagine, sa veuve et collaboratrice Yoko Ono va finalement être reconnue comme coauteure de cette ode à la paix.

L'annonce surprise a été faite lors d'une cérémonie organisée mercredi soir à New York pour déclarer le titre, sorti en 1971, «chanson du siècle».

Alors que Yoko Ono et son fils, Sean Lennon, montaient sur scène pour recevoir ce prix, l'organisme américain National Music Publishers Association a révélé que l'artiste japonaise verrait désormais son nom accompagner celui de son mari assassiné comme coauteure d'Imagine. Un précieux, mais tardif, signe de reconnaissance pour celle qui a souvent été accusée par des fans des Beatles d'avoir brisé le groupe et «volé» Lennon.

Les organisateurs ont à cette occasion diffusé une entrevue de John Lennon datant de 1980, peu avant son assassinat, dans laquelle il confiait que la chanson avait en partie été inspirée d'un livre d'art de Yoko Ono, Grapefruit.

«Imagine aurait dû être présentée comme une chanson de Lennon/Ono. Si ça avait été qui que soit d'autre que ma femme, je l'aurais mentionné», confiait John Lennon.

La rockeuse et poète Patti Smith a célébré l'occasion en interprétant Imagine avec sa fille Jesse Smith lors de la cérémonie, pendant que Yoko Ono et Sean Lennon acceptaient le prix.

«L'un des plus grands moments de fierté de ma vie», a plus tard réagi Sean Lennon sur Facebook.

Artiste d'avant-garde avant sa rencontre avec John Lennon, Yoko Ono avait étroitement collaboré avec le musicien et se bat depuis sa mort pour protéger ses créations.

Déjà héritière des biens de l'ex-Beatles, ce nouveau statut de coauteure ne se traduira pas par un bond notable de ses revenus mais cela pourrait avoir un impact sur les droits de la chanson. La musique tombant dans le domaine public 70 ans après sa publication aux États-Unis, l'ajout du nom de Yoko Ono pourrait en effet prolonger ce délai pour Imagine.

C'est justement autour de questions de droits que Yoko Ono s'était publiquement déchirée avec l'autre célèbre Beatles, Paul McCartney. Les Beatles signaient généralement leurs titres «Lennon-McCartney», partageant les revenus de leurs célébrissimes titres. Mais après leur séparation, Paul McCartney avait décidé d'inverser l'ordre des crédits, pour «McCartney-Lennon», sur certaines chansons dont il disait avoir été le principal auteur, provoquant l'indignation de Yoko Ono.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer