Prise de son

Peter Henry Phillips... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Peter Henry Phillips

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Perdu parmi les nombreuses sorties de la semaine, les actualités musicales et les innombrables spectacles à Montréal? Chaque semaine, notre journaliste vous sert de guide.

Le point sur: en dépit de DEP...

Deux semaines après la faillite du distributeur DEP, les questions chez les labels restent plus nombreuses que les réponses. Dans l'attente des dénouements légaux et de nouveaux intermédiaires, les artistes constatent les dégâts, impuissants. Entre centaines d'autres : Pierre-Philippe Côté, alias Peter Henry Phillips, qui porte à la fois les casquettes de créateur et de producteur. « Je suis au tout début et à la toute fin de la chaîne », fait-il remarquer. Le musicien, qui a fait paraître l'album folk-rock The Origin en 2015, chiffre ses pertes de redevances entre 20 000 et 30 000 $. Son contrat avec DEP a été ponctué de frustrations : disques introuvables en région, piètre visibilité en magasins, etc. Il devait en outre payer ses propres albums 9 $ s'il souhaitait les revendre en spectacle. « J'en ai acheté 2000, et ça m'a coûté 18 000 $. » En tant que producteur, Pierre-Philippe Côté était censé toucher un pourcentage de cette somme. Hélas ! l'argent a disparu en même temps que DEP. Les chances sont grandes, pour ses prochains albums, que l'auteur-compositeur-interprète-réalisateur-producteur porte une nouvelle casquette : celle de distributeur.

L'EP qui promet: un lancement et une nouvelle vidéo pour Ghostly Kisses

Ghostly Kisses, qui déballe ces jours-ci un premier EP, What You See, porte bien son nom : sa musique dissipe une aura fantomatique et fantasmagorique qui nous embrasse et nous transporte vers de somptueuses ténèbres. Concoctées avec le producteur Dragos Chiriac, pilier de la nouvelle scène électro-pop de la Vieille Capitale, les six chansons recentrent la jeune carrière de Margaux Sauvé sur l'intimité du piano et des cordes. Les émanations sauvages et franches de la chanteuse de 27 ans font déjà le tour du monde. À preuve, le simple Such Words frôle les 2 millions d'écoutes sur Spotify. Cette ballade éthérée a d'ailleurs fait l'objet d'une sublime vidéo live session avec un quatuor à cordes au Musée national des beaux-arts du Québec, à paraître sur YouTube le 3 avril. La Presse vous la présente en primeur.

Lancement à Québec, le 7 avril, au Musée national des beaux-arts du Québec, et à Montréal, le 14 avril, à Artgang Montréal

Ici: soirée Deuxluxes

Le duo rock'n'roll montréalais Les Deuxluxes, formé des amoureux Anna Frances Meyer et Étienne Barry, est rentré au bercail après avoir bourlingué au Chili, en Argentine, au Brésil, puis très récemment au Texas à l'occasion du festival de l'industrie South by Southwest. Les musiciens en reviennent à la fois épuisés et enrhumés - le programme était fou, soit « deux shows par jour » - et ragaillardis autant par les critiques flatteuses que les retrouvailles fécondes. « Austin est une place merveilleuse où jouer, un point de rencontre entre deux continents », s'entendent-ils en entrevue téléphonique. La parution de Springtime Devil, en septembre 2016, continue d'ouvrir des portes à la pimpante paire de rockeurs. La pièce-titre de l'album vient d'ailleurs d'être efficacement francisée (Diable du printemps) pour l'émission Y a du monde à messe, qui sera diffusé ce printemps à Télé-Québec. D'autres chansons en français dans les cartons ? Oh, que oui ! En ce qui concerne leur retour sur scène à Montréal, Les Deuxluxes ont ramené dans leurs valises un alter ego américain, le duo mixte Crushed Out, qui mettra la table. Anna Frances Meyer promet qu'il vaut le détour à lui seul.

En spectacle le 1er avril au Théâtre Fairmount

Festival: le trad à l'honneur dans Lanaudière

Fort du succès du premier Festitrad, l'année dernière à Saint-Gabriel, les organisateurs entendent prouver une nouvelle fois que les violons, chants à répondre, gigues et rigodons ne sont pas exclusifs au temps des Fêtes. « Est-ce que la musique traditionnelle se porte bien au Québec ? Oui. Est-ce qu'on en entend suffisamment parler ? Non », lance André Brunet, violoniste du trio De Temps Antan, qui succède à Yvon Lambert à titre de porte-parole. Du 7 au 9 avril, les formations folkloriques Musique à bouches, Les Campagnards, De Temps Antan et les Charbonniers de l'enfer, entre autres, se succéderont sur les scènes de la petite municipalité de Lanaudière, qui souhaite regagner son statut d'incontournable culturel. La journée de samedi compte frapper fort, avec le retour sur scène du duo mythique André Marchand & Grey Larsen et une soirée en l'honneur de la « capitale québécoise de la musique traditionnelle », Saint-Côme s'invite à Saint-Gab. « Chanson, musique et partage » sont les mots qui, selon André Brunet, résument le mieux l'événement.

Ailleurs: une star galicienne en visite

De la grande visite à Montréal en la personne du virtuose espagnol Carlos Núñez, surnommé le « Jimi Hendrix de la gaïta », cornemuse millénaire de la Galice. Quel autre musicien traditionnel peut se vanter d'avoir vendu plus de 1 million d'albums et rempli des stades en Europe ? Le flûtiste de 45 ans vient nous voir pour la toute première fois afin de marquer ses 20 ans de carrière solo, à l'invitation des Nuits d'Afrique. Avec son groupe celtique et une brochette d'invités, il promet de mettre le public au pas... de danse.

En spectacle le 9 avril au Théâtre Fairmount

Sorties d'albums

  • Bleu Jane, de Julien Sagot, le 31 mars
  • Automaton, de Jaromiquai, le 31 mars
  • The Far Field, de Future Islands, le 7 avril
  • La Divine, de Cold War Kids, le 7 avril
  • Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent, de Samuele, le 7 avril
  • Pure Comedy, de The Father John Misty, le 7 avril
  • Univers parallèles, de Damien Robitaille, le 7 avril
  • Sincerely, Future Pollution, de Timber Timbre, le 7 avril

Nos choix de concerts

  • Chocolat, le 30 mars au Théâtre Fairmount
  • The Franklin Electric, le 1er avril au Métropolis
  • Bryan Ferry, le 3 avril au Théâtre St-Denis
  • Jain, le 4 avril au Théâtre Corona
  • Julien Sagot, le 6 avril à l'O Patro Vys
  • L'orchestre d'hommes-orchestres joue à Tom Waits, le 8 avril au Théâtre Outremont




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer