Leonard Cohen: la filière montréalaise

Le choeur de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount... (PHOTO FOURNIE PAR LE CHOEUR DE LA SYNAGOGUE SHAAR HASHOMAYIM)

Agrandir

Le choeur de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount a enregistré des voix pour le nouvel album de Leonard Cohen au studio Hotel2Tango, à Montréal.

PHOTO FOURNIE PAR LE CHOEUR DE LA SYNAGOGUE SHAAR HASHOMAYIM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand il s'est mis à travailler sur l'album You Want It Darker, Adam Cohen a eu l'idée de remplacer les voix féminines angéliques - qui contrastent souvent avec celle, grave à souhait, de son père - par un choeur masculin. Leonard Cohen avait eu la même intuition que son fils.

Aussitôt dit, aussitôt fait: en novembre 2015, Cohen père a envoyé un courriel à Gideon Zelermyer, chantre du choeur de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount où le jeune Leonard Cohen a fait sa Bar Mitzvah dans les années 40.

Par la suite, Adam Cohen est venu à Montréal enregistrer les voix de ce choeur avec l'aide d'Howard Bilerman au studio Hotel2Tango. On peut les entendre sur les chansons You Want It Darker et It Seemed the Better Way.

Les Cohen père et fils ont songé à faire chanter le choeur dans une troisième chanson qui s'y prêtait bien: Steer Your Way. «Mais il aurait fallu tout recommencer pour insérer les voix et mon père aimait déjà assez la construction de la chanson telle qu'elle était», explique Adam.

«I'm Your Man»

Gideon Zelermyer correspondait occasionnellement avec Leonard Cohen par courriel quand il a reçu sa proposition, l'an dernier. Emballé, il a réveillé sa petite famille pour lui annoncer la bonne nouvelle, puis il a répondu au chanteur: «Hallelujah! I'm your man.» Il s'est quand même demandé pourquoi Leonard Cohen avait choisi le choeur d'une synagogue qu'il ne fréquente pas plutôt que celui d'une congrégation de Los Angeles où il habite, par exemple.

Jeudi soir, à Los Angeles, Leonard Cohen a répété que malgré les apparences, il ne s'était jamais perçu comme une personne religieuse, mais qu'il avait grandi avec le vocabulaire et le paysage biblique, dont il se sert comme références dans son oeuvre. Bien sûr, Cohen connaît bien la congrégation Shaar Hashomayim, vieille de 170 ans, dont son arrière-grand-père et son grand-père ont déjà été les présidents. Mais l'homme n'étant pas particulièrement porté sur la nostalgie, et c'est sans doute parce qu'il avait écouté des enregistrements de ce choeur qu'il l'a choisi.

Adam Cohen confirme: «La vibration et l'effet émotionnel que produisent ces voix surprennent. C'est une complicité inattendue quand on connaît l'oeuvre et la palette de mon père.»

Justement, la semaine dernière, on a lancé un remix étonnant de la chanson You Want It Darker par le DJ allemand Paul Kalkbrenner.

«J'aimerais bien qu'il y en ait quelques autres, confie Adam Cohen. Par exemple, j'aimerais bien que [le beatmaker montréalais] Kaytranada, qui a gagné le prix Polaris [du meilleur album canadien de l'année], fasse le remix de la chanson Traveling Light et que ça sorte comme deuxième single. Je suis prêt à lui envoyer des pistes. Ça ferait une autre connexion montréalaise.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer