Le rappeur Freddie Gibbs extradé en Autriche

Freddie Gibbs... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Freddie Gibbs

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Toulouse

Le rappeur américain Freddie Gibbs a été extradé en Autriche où il est accusé de viols, après avoir renoncé à contester cette mesure devant la justice française, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat.

Fin juin, la Cour d'appel de Toulouse, où le musicien de 34 ans avait été interpellé le 2 juin dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen, avait autorisé son extradition vers Vienne pour des faits présumés de viols datant de 2015.

Le chanteur, qui rejette catégoriquement ces accusations, avait dans un premier temps annoncé son pourvoi en cassation, avant d'y renoncer, a indiqué Me Michaël Malka, l'un de ses avocats toulousains. «L'arrêt de la Cour d'appel de Toulouse a donc pu être exécuté, avec un transfèrement pour Vienne le 29 juillet», a-t-il précisé à l'AFP.

Alors qu'il vivait libre à Toulouse après le versement d'une caution de 50 000 euros (73 000 $), Freddie Gibbs «a volontairement retiré sa procédure d'appel afin de coopérer avec les autorités pour faciliter son transfèrement en Autriche» et obtenir une «décision rapide au fond» sur les accusations de viols, selon un communiqué de son avocat américain, Teodore Simon.

En Autriche, il demandera également sa remise en liberté sous caution. «M. Gibbs espère qu'une enquête approfondie révèlera la véracité des faits, y compris l'absence de preuves scientifiques, physiques et crédibles le concernant, afin qu'il puisse être innocenté et rentrer auprès de sa famille et de son enfant d'un an», selon le même communiqué.

Selon les médias autrichiens citant des sources judiciaires, Freddie Gibbs est accusé de viols de deux femmes à Vienne, en marge d'un concert qu'il a donné le 6 juillet 2015.

Les deux victimes, qui avaient rejoint le chanteur et son équipe dans les coulisses après le concert dans un club de la capitale, auraient été droguées, puis transportées par le chanteur dans l'hôtel du groupe où le rappeur et un de ses agents de sécurité les auraient violées, selon ces médias.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer