Dernier adieu à Michel Delpech

De nombreuses personnalités dont Catherine Deneuve, Alain Souchon et Benabar,... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

De nombreuses personnalités dont Catherine Deneuve, Alain Souchon et Benabar, ont assisté aux obsèques du chanteur français Michel Delpech, vendredi à l'église Saint-Sulpice à Paris, au côté de centaines d'anonymes venus rendre hommage au créateur de Chez Laurette, décédé samedi à 69 ans d'un cancer de la gorge.

Quelque 300 personnes étaient massées derrière des barrières devant l'église lors de l'arrivée du convoi funèbre. Le transport du cercueil dans la nef a été salué par des applaudissements.

«C'est notre jeunesse, le chanteur de notre adolescence», ont confié Pierre et Marie Chatelain, résidant à Paris. «La chanson qui nous a le plus marqués, c'est Nos quinze ans».

Pour Francis Fernbach, 60 ans, «c'était quelqu'un plein d'amour et de vie qui ne se préoccupait pas de politique dans ses chansons». «À l'époque, on avait pas tous les réseaux sociaux. Écouter Michel Delpech avec un vinyle, c'était de bons moments en famille», ajoute-t-il.

La ministre de la Culture Fleur Pellerin, le chanteur Alain Souchon ainsi que la chanteuse et actrice Line Renaud ont assisté à la cérémonie célébrée par Abba Athanasios, évêque métropolitain pour toute la France de l'église copte orthodoxe.

«Nous prions aujourd'hui pour un homme qui avait finalement trouvé la paix, malgré ses souffrances. Il ne cachait rien», a dit en préambule le père Jean-Louis Lacroix, curé de Saint-Sulpice.

Michel Delpech avait abordé sa quête spirituelle dans un livre J'ai osé Dieu, paru en 2013 lorqu'il se sait atteint d'un cancer de la langue et de la gorge.

Le chanteur devait être inhumé au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Sa disparition après un long combat contre la maladie avait suscité de nombreuses réactions saluant le talent de l'interprète de Quand j'étais chanteur, Les divorcés, Pour un flirt, Wight is Wight... chroniques de la France des années 1970.

Ancienne idole hippie, l'artiste à la voix douce avait connu la gloire mais aussi la dépression, une longue traversée du désert et un retour en grâce.

Pour tenter d'en sortir, il s'était tourné vers l'hindouisme, la voyance, la psychanalyse et avait lu les Écritures.

Il avait retracé ce parcours accidenté dans un premier livre L'homme qui avait construit sa maison sur le sable paru en 1993.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer