Images du futur: de Zeroes à Suuns

Le premier album du groupe Suuns a obtenu... (Photo fournie par Secret City Records)

Agrandir

Le premier album du groupe Suuns a obtenu un réel succès d'estime hors de Montréal, où il fut pourtant créé.

Photo fournie par Secret City Records

Partager

Ils avaient d'abord opté pour le nom de groupe Zeroes. Mais ils ont dû changer, pour des raisons juridiques, après la signature de leur contrat avec le label américain Secretly Canadian. Un nouveau nom tombait sous le sens: suuns. En langue thaïlandaise, ça signifie zéros!

Lancé à la fin 2010, l'album Zeroes QC, signé Suuns, a obtenu un réel succès d'estime, surtout à l'extérieur de Montréal, où il a pourtant été créé. Le groupe s'apprête à sortir un nouvel album, au terme de longues tournées internationales . Le titre, Images du futur, s'inspire d'une exposition présentée dans le Vieux-Port dans les années 80, plus précisément à la Cité des arts et des nouvelles technologies.

Élevé à Westmount, le chanteur du groupe, Ben Shemie, a préféré la musique aux affaires et aux professions libérales : premier cycle universitaire en guitare jazz à McGill, maîtrise en composition à l'UdeM. Le voilà aujourd'hui chanteur, auteur, compositeur principal d'une des plus intéressantes formations rock à émerger de la mouvance anglo-montréalaise ces dernières années.

Ben a connu ses collègues à Montréal. Il y a cinq ans, Suuns est né de sa rencontre avec le bassiste et guitariste Joe Yarmush, natif de Knowlton dans les Cantonsde- l'Est. Le batteur Liam O'Neill et le bassiste/claviériste Max Henry, respectivement originaires de Kelowna et Toronto, ont complété le groupe.

« Comme tant d'autres, ce band est le résultat d'une expérience montréalaise », souligne Ben Shemie, avant d'en résumer la genèse dans un français qui n'a rien d'approximatif. «Je ne dirais pas que ce n'était pas sérieux à nos débuts, mais nous n'avions pas beaucoup d'attentes. Nous avions néanmoins l'objectif d'enregistrer un album. Lorsque nous avons fini par le faire, nous en avions beaucoup joué le répertoire et avions acquis une identité sonore. Ce fut donc relativement facile de faire ce premier album.»

Zeroes QC a été enregistré aux Breakglass Studios de Jace Lasek. Les musiciens se trouvaient au bon endroit, c'est le moins qu'on puisse dire.

«La relation privilégiée de Jace avec Jagjaguwar/Secretly Canadian nous a menés à un contrat avec ce label renommé Bon Iver, etc. Par la suite, nous avons beaucoup tourné ; petits et grands festivals, clubs, théâtres, soit plus de 150 concerts donnés en Europe et en Amérique du Nord. Aujourd'hui, nous formons un groupe plus mature, musicalement et professionnellement.»

 

Au-delà de cet alignement d'étoiles, ce succès précoce est attribuable au son remarquable des Zeroes devenus Suuns, soit un mélange très personnel de rock et d'électro.

«Nous avons précisé notre esthétique dès le premier album, souligne Ben. Pour le deuxième, nous étions un peu plus anxieux, car nous ne savions pas si nous pouvions développer davantage ce son que nous avions imaginé à l'origine.»

À l'évidence, ç'a été le cas. Et il y a fort à parier que l'opus Images du futur fera croître le rayonnement de Suuns. Comment décrire ce son, au fait ?

«Cette musique, il faut dire, relève de nos quatre personnalités, de nos goûts diversifiés, des idées de chacun, explique Ben. Je suis compositeur de formation, mais Suuns est un projet de groupe. J'écris les textes que je chante, je compose plusieurs des pièces, mais les autres y travaillent. Ce qui nous importe d'abord et avant tout, c'est d'avoir un son. Nous poussons cette idée le plus loin possible.

«La caractéristique première de notre musique, poursuit-il, est le minimalisme. Les idées, les mélodies, les structures demeurent simples de manière générale. Certaines chansons sont plus mélodiques alors que d'autres peuvent se rapprochent du drone rock [bourdon], mais de facture minimaliste. En revanche, le son d'ensemble révèle beaucoup d'informations.»

Pour ce qui est du style : «Nous aimons la techno originelle [de Detroit], mais aussi l'allemande des années 2000. Je connais le jazz, j'aime la musique contemporaine minimaliste, j'aime l'électro et... j'ai toujours joué du rock. Nous écoutons tous du rock. Et quand nous sommes sur scène, nous donnons un spectacle rock. À la fin de la journée, nous formons un groupe de rock.»

Images du futur de Suuns sort en magasin mardi.

Le groupe donnera un concert le 4 avril à la Sala Rossa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer