Josée Boileau quitte Le Devoir

Josée Boileau... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Josée Boileau

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Moins de 24 heures après la nomination de Brian Myles à la tête du quotidien Le Devoir, la rédactrice en chef Josée Boileau annonce son départ. Elle quittera son poste le 29 janvier, une semaine avant l'entrée en fonction du nouveau directeur.

«Après une première vie intense au Devoir il y a plus de 20 ans, après un retour en 2001 [...], après avoir vécu notre centenaire et contribué à la remise en selle du journal qui s'annonce maintenant, le temps est venu pour moi de céder la place en toute sérénité. Je partirai du Devoir à la fin janvier », a-t-elle écrit sur la page Facebook du Devoir, hier après-midi.

Mme Boileau, qui a été nommée rédactrice en chef au mois d'août 2009, en remplacement de Jean-Robert Sansfaçon, a d'abord occupé les postes de reporter aux actualités générales et d'éditorialiste, avant d'être nommée directrice de l'information en 2007. Elle était entrée au Devoir pour la première fois en 1989.

Selon plusieurs sources, la rédactrice en chef de 53 ans a posé sa candidature pour le poste de directeur avant de se retirer de la course à la succession de Bernard Descôteaux. Mais au cours d'une deuxième phase entamée à l'automne, elle aurait de nouveau manifesté son intérêt pour le poste. Sa candidature n'a finalement pas été retenue.

Optimiste pour la suite

Josée Boileau est diplômée en droit, en journalisme et en science politique de l'Université de Montréal, de l'Université du Québec à Montréal et de l'Université Paris III-Sorbonne. Elle a également travaillé pour La Presse Canadienne et le magazine L'actualité avant de faire un retour dans la salle de rédaction du Devoir en 2001.

«Je ne suis inquiète ni pour la relève ni pour la suite de l'histoire, a-t-elle écrit. Le Devoir vivra parce qu'il le doit, que l'équipe y tient, que les lecteurs y tiennent encore plus et que le nouveau directeur, Brian Myles, en est férocement convaincu. Il en témoignait déjà avec éloquence hier. La meilleure des chances l'accompagnera, j'en suis convaincue.»

Mme Boileau n'a pas voulu commenter son départ. On ne sait pas non plus qui la remplacera. Selon la responsable des communications au Devoir, Geneviève O'Meara, elle fera ses «adieux» dans les pages éditoriales du quotidien «au courant de la semaine prochaine».

La nomination de Brian Myles - qui entrera en fonction le 8 février - pourrait-elle entraîner d'autres départs? Le président du syndicat, Guillaume Bourgault-Côté, n'a pas voulu spéculer sur la suite des choses.

«Le changement de garde amène certainement son lot d'inquiétudes parmi les cadres et les journalistes du Devoir, mais la nomination de Brian Myles a été accueillie positivement par les membres de la salle, a-t-il indiqué. Le discours qu'il a prononcé lundi dans la salle [en présence de Bernard Descôteaux et du président du C.A. Jean Lamarre] a été très motivant», a-t-il constaté.

«[Brian Myles] a fait un discours très senti et très apprécié sur la pertinence du Devoir et sur le fait qu'il s'agissait d'une institution qui n'allait pas couler, mais qui allait traverser une tempête.»

«Quand il y a du renouveau, il faut y plonger à plein! a écrit Josée Boileau dans son message officiel. Un changement de direction est toujours un moment important dans l'histoire du Devoir, occasion de renouvellement des forces et d'arrivée d'idées nouvelles.» Sauf que Mme Boileau a choisi de ne pas faire partie de ce «renouvellement».

Une figure respectée

Josée Boileau, qui était également chroniqueuse à l'émission BazzoTV, est très respectée dans la communauté journalistique du Québec. En 2011, elle a remporté le prix Judith-Jasmin remis par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec pour son éditorial «Un choix tragique» sur l'affaire Bertrand Cantat. La même année, elle a également remporté le prix «femme de mérite» remis par la fondation Y des femmes.

Le journaliste des pages économiques François Desjardins a salué le travail de Josée Boileau au fil des ans, soulignant son «implication totale au journal, corps et âme». «C'est une travailleuse acharnée, qui apportait une réflexion extrêmement pertinente au débat public. On perd quand même une personne qui rayonnait bien au-delà du Devoir», a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer