Radio de Québec: au pays des grandes gueules

L'émission Normandeau-Duhaime (notre photo: Éric Duhaime) est une... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'émission Normandeau-Duhaime (notre photo: Éric Duhaime) est une émission d'affaires publiques souvent belliqueuse où les coanimateurs se pompent mutuellement et où l'harmonie n'est pas toujours au rendez-vous.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est André Arthur, l'ancêtre des grandes gueules de la radio, qui a mis la table avant même que j'arrive à Québec.

Stéphan Dupont... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Stéphan Dupont

Le Soleil, Patrice Laroche

Sachant que je m'apprêtais à y faire la tournée des radios parlées, Arthur a refusé ma demande d'entrevue, avant de convaincre ses camarades de CHOI Radio X d'en faire autant. Même Dominic Maurais, qui avait dit oui, s'est désisté. En ondes, quelques jours plus tard, André Arthur s'est fendu d'une tirade, affirmant à mon sujet: «Elle vient en mission commandée. Tout le monde va passer au bat. Watchez ben la job de bras qu'elle va nous faire.»

La table état mise et le terrain, plus que miné. J'arrivais en effet à Québec après l'accablant rapport Payette, qui reproche à la radio parlée de Québec sa désinformation, sa démagogie et le climat de peur qu'elle entretient chez ses boucs émissaires préférés: féministes, écologistes, syndicalistes, cyclistes. Alouette! Si je reprenais les arguments d'un rapport critiqué de toutes parts, je donnais raison à André Arthur. Si je m'y refusais, je cautionnais le roi et sa radio poubelle. D'un côté comme de l'autre, le terrain était miné.

Qu'à cela ne tienne. Je suis débarquée à Québec le 3 décembre au matin, jour des BBM de l'automne. Le ciel lourd annonçait une tempête de neige, mais c'était l'euphorie plus que l'envie de faire peur qui régnait dans les stations. Au FM93, grand gagnant du sondage avec 280 300 auditeurs dans le marché étendu et 207 000 dans le marché central, on avait déjà sablé le champagne. Nathalie Normandeau et Éric Duhaime, qui animent l'émission la plus écoutée du midi (44 000 auditeurs), sont entrés en ondes, le sourire fendu jusqu'aux oreilles.

«Il y a peut-être des nuages dehors, a lancé Nathalie Normandeau en fixant les flocons qui voltigeaient par la baie vitrée, mais le soleil est dans nos coeurs... Ce sondage prouve qu'en 2015, il y a moyen de faire de la radio intelligente, sans faire la guerre à personne et en étant en harmonie avec nos auditeurs.»

Sans faire la guerre à personne? Pas tout à fait. L'émission Normandeau-Duhaime est une émission d'affaires publiques souvent belliqueuse où les coanimateurs se pompent mutuellement et où l'harmonie n'est pas toujours au rendez-vous, sauf évidemment les jours de BBM triomphants.

Salaires élevés, attentes élevées

Un peu plus tôt ce matin-là, à la place d'Youville, dans les locaux d'Énergie, propriété de Bell Média, une grande fébrilité régnait dans le studio de Stéphan Dupont. L'animateur, un transfuge de CHOI Radio X et ancien collaborateur d'André Arthur, en était à son premier sondage à Énergie. Mais pendant que ses collaborateurs autour de la table saluaient ses 39 000 auditeurs et sa première position dans le marché étendu, ils taisaient sa troisième position dans le marché central.

L'animateur, pour sa part, fanfaronnait en cachant sa déception. Et pour cause! Selon plusieurs sources, Patrice Demers, son ex-patron à CHOI devenu son agent, lui a négocié un contrat d'environ un demi-million de dollars. À ce prix-là, on devine que la direction d'Énergie espérait une première et non une troisième position dans le marché central. Stéphan Dupont en semblait douloureusement conscient.

L'animateur Jeff Fillion ... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

L'animateur Jeff Fillion 

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Plusieurs kilomètres plus loin, au coin du boulevard Wilfrid-Hamel et de l'avenue Saint-Jean-Baptiste, au deuxième étage d'un morne édifice à l'ambiance soviétique, Jeff Fillion jubilait. De retour après plus de sept ans dans les limbes de la radio satellite et de la radio web, Fillion anime le retour à Énergie. Lui aussi aurait négocié un contrat annuel estimé à entre 400 000 et 500 000$. En septembre, son rival Gilles Parent, au FM93, avait annoncé que si Fillion venait jouer dans sa case, «il allait en manger toute une». Il aurait dû se taire. Un écart d'à peine 3000 auditeurs sépare désormais les deux, signe que le retour de Fillion, c'est du sérieux.

Certains le disent moins corrosif qu'avant. Les procès que Fillion a perdus contre Sophie Chiasson et contre l'ADISQ auraient eu un effet dégrisant. Et puis être employé de Bell Média est peut-être payant, mais cela invite à la prudence. Fillion l'admet à moitié.

«C'est vrai que j'ai mis de l'eau dans mon vin, mais pas sur le fond. La radio a toujours été bonne pour les idées de droite. Elle l'est encore aujourd'hui. Sauf qu'avant, j'étais seul à faire ce que je faisais. Maintenant, tout le monde le fait.»

Jérôme Landry, un ex de CHOI Radio X, affirme que Jeff Fillion a ouvert la voie à sa génération. «Mais l'affaire Sophie Chiasson a tracé la ligne. Après ça, on a tous arrêté de s'en prendre aux personnes», plaide-t-il.

Pierre Martineau, directeur général de la programmation du FM93, confirme le phénomène. «La radio poubelle, c'était dans les années 90, quand on s'attaquait aux gens. Les règles ont changé depuis. Les animateurs ont un code de conduite. Les attaques personnelles sont désormais interdites. Et si on attaque certains groupes, c'est sur leurs idées seulement.» Mince consolation pour lesdits groupes...

Radio sans filet

La radio parlée à Montréal compte deux stations. Celle de Québec en compte cinq! «La vraie couleur médiatique de Québec, c'est la radio», s'écrie Jérôme Landry, qui a quitté CHOI en juin dernier et qui n'attend que la fin de sa clause de non-concurrence en avril prochain pour retrouver sa drogue préférée.

Car pour les animateurs de Québec, la radio est une drogue qu'ils s'injectent quotidiennement, un sport extrême qu'ils pratiquent sans filtre, sans filet et souvent sans préparation. Stéphan Dupont me montre le bloc-notes où il a écrit trois mots en guise de préparation pour une émission de quatre heures!

Beaucoup moins formatée que la radio parlée à Montréal, la radio parlée de Québec est engagée, émotive, opiniâtre et sujette à la logorrhée. Les animateurs «jasent» presque sans répit pendant deux ou trois heures d'affilée. Tôt ou tard, ils finissent tous par déraper. «Oui, il y a des débordements, dit Pierre Martineau, de FM93, mais n'importe qui peut appeler et corriger les animateurs. C'est interactif, notre affaire.»

«C'est du direct, plaide Éric Duhaime, qualifié par certains de pyromane et d'émule avoué de Jeff Fillion. On veut débattre, informer, mais divertir aussi. C'est la meilleure façon d'attirer les jeunes qui n'ont pas envie de lire les journaux ou d'écouter Anne-Marie Dussault, mais qui sont intéressés par les enjeux de société dont on discute.»

À ses débuts, la radio poubelle de Québec exploitait la frustration du monde ouvrier de la Basse-Ville contre la bourgeoisie de la Haute- Ville. Jérôme Landry affirme que le jeu s'est déplacé. «La Haute-Ville ne mène plus rien à Québec. Ce sont les banlieues qui ont mis Labeaume au pouvoir. C'est elles qui comptent.»

Le poids des commanditaires

Elles sont donc cinq radios à se disputer les faveurs de la banlieue. La concurrence est féroce, mais elle est aussi très rentable autant pour les stations que pour leurs animateurs, les seules vraies vedettes d'une ville qui n'a pas ni équipe de hockey ni vedettes de la télé.

En plus de signer des contrats très lucratifs, les animateurs ont des ententes particulières avec des commanditaires dont ils font la promotion de vive voix en pleine émission - une hérésie à Montréal! Le jour où j'y étais, Stéphan Dupont, qui compte une vingtaine de clients, a passé plus de sept minutes à vanter les restos Normandin. «Ça, c'est rien, s'est-il écrié. Des fois, je fais des lives de 15-20 minutes pour Qualinet. Le patron, c'est mon chum!»

Chum ou pas, lorsque Qualinet s'est retrouvée sur la sellette alors que d'ex-franchisés en faillite ont accusé le nettoyeur de leur avoir fourni de mauvais états financiers, Dupont n'en a pas soufflé mot. Un chum, c'est un chum...

Mais encore. La radio parlée de Québec est-elle aussi démagogique, toxique, blessante et offensante que l'affirme Sortonslespoubelles.com, un site anonyme cité dans le rapport Payette?

Au bout du fil, un homme qui tient à son anonymat, par crainte de représailles, affirme que malgré la diversité des animateurs, tous pensent pareil et, surtout, tous penchent à droite. «Le problème, c'est qu'ils ne font pas la différence entre une conversation de taverne et les ondes publiques. Ils prétendent faire de l'information alors qu'ils n'ont pas une once de rigueur journalistique.»

Dans les faits, tous les animateurs interrogés se défendent d'être des journalistes, s'estimant donc peu concernés par les règles déontologiques du métier, une façon d'obtenir sans effort le meilleur des deux mondes. Et comme les libertés qu'ils prennent avec les faits ne dérangent pas leurs auditeurs, ils sont rarement rappelés à l'ordre.

«Les radios nous engagent parce qu'on ressemble à nos auditeurs, explique Jérôme Landry. On est des pères de famille. On vit en banlieue. On conduit des VUS. Ce qu'on raconte en ondes, on l'a entendu au Tim Hortons. On est de la classe moyenne comme nos auditeurs.»

Membre de la classe moyenne avec un salaire annuel d'un demi-million? J'en doute, mais les grandes gueules de Québec aiment entretenir la fiction.

Visiter leur pays pour quelques heures m'a cependant permis de constater que leur parole n'est pas aussi libre qu'ils l'affirment, que l'arrivée des grands groupes montréalais comme Bell Média et Cogeco les a forcés à tempérer leurs propos et, dans certains cas, à endurer des garde-fous techniques. André Arthur enregistre son segment de 11h30 trois heures plus tôt. Jeff Fillion est diffusé avec un délai de 45 secondes.

Bref, les belles années de la radio poubelle libre et sans censure sont révolues. Mais le mariage d'amour entre la classe moyenne des banlieues de Québec et les grandes gueules de la radio dure toujours. Pour le meilleur et pour le pire.

_________________________________

ILS ONT DIT 

«Dans mon show, tout tourne autour de moi. La matière du show, c'est moi.»

- Stéphan Dupont, animateur de l'émission du matin à Énergie

__________________

«Ce qui me pue le plus au nez, c'est le monde qui ne s'assume pas.»

- Jeff Fillion, animateur du retour à Énergie

__________________

«La radio, on fait ça pour distraire les gens. Notre base, c'est l'information, mais est-ce qu'on peut la colorer?»

- Pierre Martineau, directeur général de la programmation au FM93

__________________

«La radio d'opinion et de débat, c'est très sain pour la démocratie. À Montréal, il n'y a pas de débats. Paul Arcand, j'aimerais ça connaître son opinion pour de vrai.»

- Jérôme Landry, ex-animateur de CHOI Radio X

__________________

«Il y a une communauté de pensée à Québec, mais ce n'est pas vrai qu'on pense tous pareil. Moi, je suis un libertarien, pro-mariage gai, pro-prostitution et pro-décriminalisation de la drogue. Jeff Fillion est plus conservateur que moi.»

- Éric Duhaime, coanimateur de Normandeau-Duhaime au FM93

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer