• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Un récit de Bugingo contesté par des militaires libyens 

Un récit de Bugingo contesté par des militaires libyens

La direction du 98,5 FM, de même que celle... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

La direction du 98,5 FM, de même que celle du Groupe Média, dont fait partie TVA Nouvelles et Le Journal de Montréal, ont suspendu leur collaboration avec François Bugingo, samedi, après la parution de notre enquête sur la fabrication de certains de ses reportages à l'étranger.

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Hachey

Les geôliers d'un des fils du défunt dictateur Mouammar Kadhafi estiment que le journaliste québécois François Bugingo a menti en écrivant l'avoir interviewé dans sa prison en Libye.

Dans une chronique publiée dans Le Journal de Montréal, le 17 février dernier, François Bugingo a écrit: «Rencontré il y a quelques mois à la prison de Zintan (nord-ouest de la Libye) où il est incarcéré, Saïf al-Islam, le second fils de Kadhafi, m'avait lancé presque sans arrogance: "Vous verrez, ils auront tous fait bientôt de regretter mon père. Vous regretterez Kadhafi..."»

François Bugingo a précisé par la suite avoir fait cette interview non pas quelques mois plus tôt, mais en juillet 2012.

«Aucun journaliste occidental n'a rencontré officiellement Saïf al-Islam à Zintan en 2012. À moins que ce monsieur ait des liens très forts avec l'un des gardes pour avoir eu accès secrètement au prisonnier, ce que je ne crois pas, il ment à propos d'une interview réalisée en juillet 2012», nous a déclaré l'un des leaders militaires de Zintan, Jilani al-Dahesh, après avoir consulté plusieurs autres responsables militaires de la ville.

Depuis sa capture en 2011, Saïf al-Islam est détenu dans un lieu secret de Zintan. Contrairement à ce qu'a écrit François Bugingo, il n'est pas en prison; par mesure de sécurité, ses geôliers le déplacent régulièrement d'une maison privée à l'autre. De plus, aucun média étranger n'a réussi à obtenir une interview avec lui. Seule la chaîne libyenne Alassema a diffusé un très court extrait télévisé de sa rencontre avec Saïf al-Islam, en novembre 2013.

En entrevue avec La Presse, le 15 mai dernier, François Bugingo a refusé de dévoiler comment il aurait pu rencontrer le fils Kadhafi. Il a dit avoir été introduit par une personne «qui avait une relation privilégiée avec le chef de la katiba (unité combattante) de Zintan, c'est quelqu'un qui est d'une grande importance là-bas».

Le journaliste a ajouté qu'il n'avait pas pensé avoir «matière à faire un gros reportage. Si j'avais su, j'aurais peut-être négocié d'amener un caméraman, j'aurais peut-être négocié d'avoir un scoop».

Selon lui, l'interview a duré une vingtaine de minutes. «Ce n'était pas une entrevue entièrement libre parce que, un, il était en prison, deux, je ne parle pas une goutte d'arabe, donc je devais passer par le responsable de la traduction, qui me traduisait dans un anglais assez hachuré», a-t-il affirmé.

La Presse a rencontré Saïf al-Islam à deux reprises, avant la chute du régime de son père, d'abord à Tripoli, puis à Montréal. Nous n'avons pas eu besoin de traducteur; l'anglais de Saïf al-Islam, ancien étudiant à la London School of Economics, était excellent.

L'élément déclencheur

La direction du 98,5 FM, de même que celle du Groupe Média, dont fait partie TVA Nouvelles et Le Journal de Montréal, ont suspendu leur collaboration avec François Bugingo, samedi, après la parution de notre enquête sur la fabrication de certains de ses reportages à l'étranger.

Saïf Al-Islam Kadhafi, photographié en 2005, à Tripoli en... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Saïf Al-Islam Kadhafi, photographié en 2005, à Tripoli en Libye, lors d'une entrevue avec La Presse.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

À la suite de notre enquête, plusieurs lecteurs nous ont demandé ce qui l'avait déclenchée. Depuis plusieurs mois, les écrits de François Bugingo suscitaient de sérieux doutes chez bon nombre de collègues journalistes. Mais c'est la publication de cette interview avec Saïf al-Islam qui a été le véritable élément déclencheur.

François Bugingo prétend être resté deux jours en Libye en juillet 2012. C'est lors de ce voyage qu'il aurait par ailleurs été témoin de l'exécution d'un tortionnaire de l'ancien régime à Misrata - une expérience qu'il a décrite comme «l'un des moments les plus douloureux» de sa carrière, dans son blogue au Journal de Montréal, mais qu'il nie lui-même, désormais, avoir vécue.

Au cours du même voyage éclair, le reporter serait aussi allé à Benghazi, selon ce qu'il a écrit sur son compte Twitter, le 17 juillet 2012: «Voir Benghazi (Libye) sans se cacher, un rêve de gosse en réalisation. Magique.»

En entrevue, François Bugingo nous a dit être entré en Libye en passant par l'Égypte. Il se serait attardé dans la capitale, Tripoli, où son contact devait rencontrer «un paquet de gens». Mais il ne pouvait rester plus de deux jours, puisqu'il avait un tournage en Israël pour la chaîne Évasion.

«On est arrivé à la frontière égyptienne, on est rentré par là, et on a pris la voiture jusqu'à Tripoli, et ensuite on est allé à Zintan», a expliqué François Bugingo, précisant avoir quitté le pays par l'Égypte.

Nous avons fait le calcul: de la frontière égyptienne à Zintan, en passant par Benghazi, il y a 1790 kilomètres. En voiture, il faut compter 44 heures de route pour faire l'aller-retour (sans passer par Benghazi au retour), soit 3340 kilomètres. Autrement dit, le journaliste aurait passé la quasi-totalité de son voyage de deux jours sur la route.

Aussi, si François Bugingo a rencontré Saïf al-Islam en juillet 2012, pourquoi a-t-il attendu trois ans avant de le mentionner dans l'avant-dernier paragraphe d'une chronique?

Il nous a répondu qu'il n'avait pas encore de tribune au Journal de Montréal, au 98,5 FM et à TVA.

François Bugingo était pourtant déjà une figure médiatique bien établie à l'époque. Une entrevue exclusive avec Saïf al-Islam n'aurait-elle pas trouvé preneur parmi les médias du Québec ou d'ailleurs? «Ce n'était pas une entrevue, a-t-il rétorqué. C'était une conversation.»

Invité à donner à nouveau sa version des faits, hier soir, François Bugingo ne nous a pas rappelé.

- Avec la collaboration de Mathieu Galtier à Tripoli

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer