• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • > Ghomeshi, renvoyé à cause d'images «explicites», fait l'objet d'une enquête 

Ghomeshi, renvoyé à cause d'images «explicites», fait l'objet d'une enquête

Jian Ghomeshi... (Photo JOHN WOODS, Archives PC)

Agrandir

Jian Ghomeshi

Photo JOHN WOODS, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'est après avoir vu une « preuve explicite » montrant une femme blessée physiquement par Jian Ghomeshi que la CBC a décidé de renvoyer son animateur vedette, révèle une note que la haute direction du diffuseur public a envoyée à ses employés vendredi.

L'animateur fait l'objet d'une enquête criminelle, a déclaré la police de Toronto tard vendredi.

«Deux femmes sont venues nous voir avec des allégations», a dit Mark Pugash à La Presse Canadienne.

«Une enquête est en cours», a-t-il ajouté, sans fournir plus de détails.

« Le 23 octobre, la CBC a vu, pour la première fois, des preuves explicites que Jian avait blessé une femme physiquement », a écrit la vice-présidente des services anglophones de la CBC, Heather Conway, dans un mémo qui détaille les actions entreprises par l'employeur, du moment où il a été avisé des allégations visant son animateur vedette jusqu'à son renvoi, dimanche dernier.

Le diffuseur a ainsi été avisé au printemps dernier, par Jian Ghomeshi lui-même, de la mise en branle d'une enquête du Toronto Star à propos de présumées relations sexuelles violentes et non consensuelles entre l'animateur et une de ses ex-copines. La tête d'affiche de l'émission Q a assuré à son employeur que les allégations étaient fausses. La CBC a ensuite mené une enquête auprès de ses employés, et aucun d'eux n'a formulé de plaintes. « Jian était inflexible : ses avocats et lui seraient en mesure de prouver que les allégations du Toronto Star étaient fausses », lit-on dans la note. « Nous avons continué de croire Jian. »

Mais les choses ont changé le 23 octobre. « Après avoir vu les preuves explicites, nous avons déterminé que le comportement de Jian constituait un accroc important aux normes de bonne conduite que la CBC exige de tous ses employés », a expliqué Heather Conway. Selon le Toronto Star, ces preuves seraient en fait des vidéos de pratiques de soumission et de sadomasochisme que Jian Ghomeshi aurait montrées lui-même à ses patrons. « La CBC a vu des scénarios dans lesquels, par exemple, Jian Ghomeshi demande à une femme de faire quelque chose et elle le fait », a déclaré une source du Star. Selon elle, l'animateur cherchait à prouver à son employeur qu'il est possible de « se faire des ecchymoses pendant une relation consensuelle ». Toujours selon le Toronto Star, des sources auraient dévoilé que l'animateur craignait que les allégations à son endroit soient dévoilées et tentait ainsi de prouver que toutes ses activités sexuelles étaient consensuelles.

Par ailleurs, deux des neuf femmes ayant dénoncé les pratiques sexuelles de Jian Ghomeshi ont porté plainte à la police, vendredi également. 

Selon le Toronto Star, l'une d'elles serait Lucy DeCoutere. La comédienne de la série Trailer Park Boys a déclaré mercredi que Jian Ghomeshi l'avait étouffée et frappée à trois reprises. Une autre victime, qui a préféré garder l'anonymat, doit rencontrer l'enquêteuse Lisa Ferris de la Section des crimes sexuels samedi.

Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer