Martin Léon: pour ou contre

Chaque semaine, un invité de La Presse prend position sur des sujets... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque semaine, un invité de La Presse prend position sur des sujets qui marquent son actualité. Cette semaine: Martin Léon.

Les albums hommages: pour

Si on rend hommage à quelqu'un, c'est parce qu'il a contribué par son écriture, par ses mélodies ou par ses arrangements à faire plaisir à un grand nombre de gens. Donc, je suis pour. Par contre, comme je suis un chercheur, je m'intéresse davantage aux nouvelles idées, jeunes ou moins jeunes, aux nouveaux arrangements, à la création, à la différence, à ce que les gens font dans d'autres pays.

Le peu de musiques de film qui sortent sur disque: contre

Les gens aiment les disques de musiques de film, on y trouve même parfois des chansons exclusives. Mais, à ce jour, aucune des créations musicales que j'ai faites pour des films n'est sortie sur disque. Ça ne se fait presque plus au Québec. Par contre, je songe sérieusement à offrir une compilation de mes musiques de film. J'aimerais sortir ça l'année prochaine.

Lancer un disque physique en 2017: pour

Le CD et le vinyle sont encore toujours de beaux objets que j'aime manipuler et je suis un audiophile. Je suis pour. Mais comme artiste, je me questionne: pourquoi donnerais-je un an de ma vie pour créer et produire un objet qui va être gratuit? Le gouvernement peut-il percevoir une taxe auprès des fournisseurs internet et des grosses compagnies comme Spotify pour vraiment redistribuer l'argent aux créateurs? Le jour où le premier ministre, le ministre de la Culture et les fournisseurs internet accepteront de travailler gratuitement pendant un an, je le ferai volontiers.

Les coupes dans les arts: contre

Quand je suis dans un lieu public, j'écoute la musique qui sort du petit haut-parleur accroché au plafond et je vois des gens de tous les âges taper du pied au rythme de cette musique-là. Être rassemblés par la musique, ça donne une force à un peuple. C'est le ciment intérieur. Mais quand on coupe dans ce qui unit les gens de l'intérieur, la musique, le cinéma ou les arts en général, on affaiblit et on divise le peuple.

S'habiller comme on veut dans les galas: pour

Quelle que soit la manière dont on s'habille dans un événement, c'est en réponse à cet événement. Si tu vas dans un gala habillé comme un fermier, tu te trouves à affirmer quelque chose en faisant ça, mais si tu y vas en smoking, tu affirmes également quelque chose. Je ne crois pas que la majorité des gens soient indifférents aux codes. Ça demeure toujours un choix. À chacun de décider.

Voyager aux États-Unis: contre

Chaque pays offre ses beautés et ses laideurs, ses avantages et ses désavantages. Moi, personnellement, je vais à L.A. parce que j'ai affaire à L.A., où j'ai un agent. Mais comme touriste, si je suis en vacances, je préfère donner mon argent à des pays qui investissent moins dans l'armement. Je vais voyager ailleurs.

_____________________________________________________________________________

Martin Léon chantera aux FrancoFolies dans le cadre d'un programme double mettant également en vedette Louis-Jean Cormier au Théâtre Maisonneuve, le 14 juin.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer